Ubisoft_FilmFest_KV_RomaFilmFest_MES

Ubisoft célèbre les hackers

Le 14 oct. 2016

A l’occasion de la sortie du jeu vidéo Watch Dogs 2, un concours de courts-métrages pour célébrer les hackers est organisé.

Au commencement, les logiciels étaient libres et ouverts. Ils affichaient leur code source et chacun pouvait le modifier. Bien sûr, la question restait l’affaire d’universitaires et de chercheurs qui nourrissaient leurs échanges dans des clubs où, pour l’amour de la science, ils partageaient tout avec des amateurs. C’était le temps de l’éthique des hackers.

1976. Les premiers micro-ordinateurs apparaissent. Bill Gates et Paul Allen écrivent en trois mois un programme destiné à l’Altair 8800. Ils le présentent au Homebrew Computer Club. Tout naturellement, ses membres se l’approprient, le dupliquent et le diffusent. La chose n’est pas du goût de Bill qui adresse une lettre aux «  bricoleurs ». Le propos est clair : le développement de la micro-informatique ne se fera pas sans logiciel. Les concevoir exige des compétences et du temps et il n’est plus possible de ne pas rémunérer ceux qui y travaillent. Pour ouvrir le marché de l’informatique au plus grand nombre, on ferma le code source. Le business des logiciels était né et avec lui le combat entre les défenseurs du libre et ceux du fermé.

Aujourd’hui le Hacker est craint autant qu’il est adulé car l’appellation ne fait pas le hacker. Entre les responsables de la fuite de photos de célébrités nues d’une part et les « hacktivistes » (contraction de hacker et activiste) qui défendent les libertés individuelles il y a un fossé. La polarisation est forte. A telle point que l’on parle d’hacker « white » (version je sauve le monde), et de hacker « black » (version je veux tout faire péter). Mais une chose est sûre ce monde a besoin d’être hacké ! C’était d’ailleurs le thème de la dernière édition de Future En Seine : « Tous hackés ? Tous hackeurs ! »

Et s’il y a un bien un jeu vidéo qui a épousé le phénomène hacker c’est bien Watch Dog qui s'apprête à lancer le deuxième volet de sa saga. Dans ce dernier, vous incarnerez Marcus Holloway, un hacker dont la mission est de déjouer une mystérieuse organisation qui utilise votre équipement personnel (smartphones, tablettes, ordinateurs…) pour contrôler et manipuler les citoyens.

Bande Annonce Watch Dogs 2

Pour accompagner ce lancement, Ubisoft et l’agence Rosbeef! ont conçu Watch Dogs Film Fest, le premier festival de création de vidéos organisé par un acteur du jeu vidéo. L’événement invite les internautes à donner leur vision des hackers « ces héros modernes » dans un court-métrage qui devra durer entre 5 secondes et 5 minutes. Les participants ont un mois, du 15 octobre au 15 novembre, pour proposer des contenus vidéo sur la plateforme web dédiée au festival. La délibération du jury est fixée au 17 novembre et permettra aux participants sélectionnés de remporter jusqu'à 50 000 euros !

Watch Dogs Film Fest

Parmi les membres du jury vous pourrez retrouver Louis Leterrier (L’incroyable Hulk, Le Transporteur, Insaisissables…) ou encore Jérémy Nadeau de « La Chaîne de Jeremy ».

Interrogé sur le thème du hacking, le réalisateur star confiait que « le hacker a l’image du méchant qui va utiliser la technologie pour nous voler (…). Aujourd’hui nous réalisons que ce hacker peut également permettre de rendre ce monde plus transparent afin que le public soit averti du Big Brother digital qui les surveille ». Mais pour le réalisateur la réalité est plus nuancée et soulève des questions :

Le hacking est un crime, mais qui exige une énorme quantité de compétences et de talents. Et si ce talent était utilisé à bon escient, pour exposer les véritables activités criminelles qui passent inaperçues ? Sommes-nous en train d'ouvrir la boîte de Pandore ou de créer un monde où la justice est finalement restituée au peuple ?

Louis Leterrier

Un angle qui devrait inspirer les créatifs en herbe ! A vos vidéos !

Pour tenter votre chance et en savoir plus c’est ici.

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.