premium 1
premium1
ronaldinho

Ronaldinho dans un spot futuro-dystopique pour Heineken

Le 14 sept. 2017

La science-fiction n’a jamais autant inspiré la publicité. Heineken ne fait pas exception et nous sert un film où le foot n’a jamais été aussi épique.

Dans le cadre de sa série #ShareTheDrama, Heineken nous sert les plus grands genres du cinéma revisités à la sauce football. Action, cape d’épée et science-fiction : il y en a pour tous les goûts.
Heineken | The Chase | #ShareTheDrama
Heineken | The Last Duel | #ShareTheDrama
Des trois spots, c’est The Wall qui a le plus attiré notre attention : on y voit Ronaldinho qui, dans un univers façon Ghost In The Shell, tente d’échapper aux vilains.
Heineken | The Wall | #ShareTheDrama
Réalisé par Fredrik Bond, le spot répond à des codes que la marque n’est pas la première à s’approprier : adidas, Santander ou encore Budweiser avaient elles aussi capitalisé sur la tendance Black Mirror pour présenter un futur où, rattrapés par la tech, les humains cherchaient des moyens désespérés de sortir du quotidien.

Sauf qu’ici, Heineken ne porte d’autre message que celui de dire que le foot peut procurer autant d’émotions qu’un grand film… Alors oui, c’est impressionnant d’effets spéciaux et de moyens déployés. Mais pas vraiment dans l’air du temps : on sent le prétexte un peu désabusé d’une marque qui sait où il faut aller, sans vraiment savoir quoi raconter.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • "sans vraiment savoir quoi raconter" ?

    Je pense que l'insight de base est juste, qu'il parle aux fans de foot, et que de fait - car c'est un insight - raconte quelque chose : le duel entre joueurs d'un côté, la tension ressentie et partagée par les spectateurs derrière leur écrans, ensemble, de l'autre.
    On peut rétorquer qu'il est facile, mais les choses les plus simples sont souvent les meilleures, non ?
    On peut rétorquer qu'il est redondant, mais c'est ce qui fait la force des grandes marques. Nike joue constamment autour de l'idée de dépassement de
    soi et de la fierté qu'on peut en tirer, mais le met en scène au travers d'histoires différentes. C'est le principe même d'un mythe. Et c'est ce qui fait de ces marques des marques mythiques.

    De plus, la référence à Black Mirror est anecdotique. On peut penser au cinquième élément, à matrix, à d'autres. Et ce spot ne peut être décorrélé des deux autres qui font chacun référence à une époque différente (18ème et aujourd'hui). Second message : le foot rassemble à travers les âges.

    Ca va tout de même un peu plus loin que 'le foot peut procurer autant d’émotions qu’un grand film', non ?

    PS : je précise, je ne bosse pas pour Publicis.

  • "sans vraiment savoir quoi raconter" ?

    Je pense que l'insight de base est juste, qu'il parle aux fans de foot, et que de fait - car c'est un insight - raconte quelque chose : le duel entre joueurs d'un côté, la tension ressentie et partagée par les spectateurs derrière leur écrans, ensemble, de l'autre.
    On peut rétorquer qu'il est facile, mais les choses les plus simples sont souvent les meilleures, non ?
    On peut rétorquer qu'il est redondant, mais c'est ce qui fait la force des grandes marques. Nike joue constamment autour de l'idée de dépassement de
    soi et de la fierté qu'on peut en tirer, mais le met en scène au travers d'histoires différentes. C'est le principe même d'un mythe. Et c'est ce qui fait de ces marques des marques mythiques.

    De plus, la référence à Black Mirror est anecdotique. On peut penser au cinquième élément, à matrix, à d'autres. Et ce spot ne peut être décorrélé des deux autres qui font chacun référence à une époque différente (18ème et aujourd'hui). Second message : le foot rassemble à travers les âges.

    Ca va tout de même un peu plus loin que 'le foot peut procurer autant d’émotions qu’un grand film', non ?

    PS : je précise, je ne bosse pas pour Publicis.