premium 1
premium1
Amnesty

Amnesty trolle les dictatures sur YouTube

Le 9 juin 2017

Sur YouTube, Amnesty International trolle les prises de parole de chefs d’Etat controversés et révèle la vérité derrière leurs agissements en détournant les sous-titres et les bannières de la plateforme.

C'est une guerre de longue date que mène Amnesty International contre les régimes autoritaires du monde entier. Afin de sensibiliser aux crimes contre l’humanité et d’inciter les internautes à signer une pétition, l’ONG a récemment fait appel à l’agence Air Bruxelles pour mettre au point un dispositif web engageant et innovant. Un challenge difficile pour les créatifs quand on sait que les internautes sont sollicités en permanence, via une multitude de canaux différents.

C’est alors aux bannières publicitaires YouTube que l’agence s’est attaquée, et plus précisément à ces petits rectangles pop-up très agaçants qui apparaissent souvent en bas d’une vidéo lorsqu’on la visionne. En ciblant des contenus spécifiques, comme des élocutions télévisées de Vladimir Poutine ou de Xi Jinping (Président de la République Populaire de Chine), l’agence a troqué le contenu classique de ces bannières - qui nous vendent habituellement des voitures et des régimes minceur - par des sous-titres déjouant les fake news et révélant la réalité derrière les crimes commis pas les dirigeants visés.

Amnesty International - The Truth Revealing Banners - Case Movie

Vous n’entendrez jamais ces mots sortir de sa bouche. C'est pourtant la vérité, et Amnesty International a choisi de la rétablir.

Reprenant enfin l’apparence de contenus publicitaires classiques, les bannières dévoilent le pot aux roses via une catchphrase bien pensée et invitent les internautes à se rendre sur le site d’Amnesty International pour signer la pétition.

Au total, plus de 370 000 personnes ont été exposées aux bannières et une requête sur neuf d'Amnesty a été signée, pour un coût de campagne initial d'environ 900 dollars.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.