un réfectoire où les gens dorment

Ce film nous plonge dans un monde où même le sommeil devient monnayable

© Gavin Williams

Travailler 18h par jour, 7/7, sans tomber malade, ni manquer de sommeil : c’est l’objet du court-métrage de science-fiction Sleepworking, disponible gratuitement sur la plateforme Dust.

Après le film qui vous fait vendre vos souvenirs, le film qui vous fait dormir debout.

Dans un futur proche, Alice devient ce que l’on appelle une « sleepworker » , soit une travailleuse somnambule.

Son corps et son cerveau sont programmés pour effectuer des tâches ingrates durant son sommeil. 

Alors qu’elle commence à souffrir d’effets secondaires, la jeune femme tente de découvrir ce qu'on l'oblige à faire lorsqu’elle est inconsciente.

Rêve ou réalité

Voilà un scénario dystopique que l’on aurait facilement pu attribuer à la série Black Mirror. Réalisé par le Britannique Gavin Williams et récemment publié sur le compte YouTube Dust, le film de 15 minutes nous plonge dans un monde où même le sommeil, aussi artificiel soit-il, devient monnayable

« Je ne savais pas exactement ce que j'allais faire, a expliqué le réalisateur à The Journal, (…) mais j'avais dans l'idée de faire une sorte de publicité pour un service qui vous permet de travailler et de gagner de l'argent pendant votre sommeil. »

Poussée à son paroxysme, la logique du système capitaliste infuse un discours sur l’innovation à la rhétorique bien huilée : travaillez en dormant et il vous sera possible de repousser vos limites, de travailler sans efforts pour subvenir aux besoins de votre famille, d’effacer vos dettes, voire de pallier votre solitude… au prix, bien sûr, de votre servilité, de quelques zones d’ombres et effets secondaires...

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.