femme sur son lit, mains sur les yeux

Témoignages : qui sont les « shifters » , ces ados qui échappent à la réalité par la pensée ?

© Antony Tran

Pour échapper à l'âpreté du quotidien, les boomers regardent la télé. Les millennials, eux, s’oublient devant un film. Quant aux ados de la génération Z, ils et elles changent littéralement de réalité – le tout sans avoir recours à la technologie. Témoignages.

Aller à l’école, voir ses amis, se prendre un zéro en maths, tomber amoureux… Depuis plus d’un an, la vie des ados est au point mort. Leurs perspectives d’avenir, embrumées de discours inquiets et de restrictions liées à la pandémie, sont loin d’être à l’ordre du jour. Alors, pour échapper à un quotidien difficile à supporter, certains s’en remettent à leur imaginaire en se projetant quotidiennement dans des univers fantasmés

De simples rêveries adolescentes ? Pas vraiment puisqu’il s’agit littéralement de changer de réalité ou plutôt de “shifter” vers des univers désirés, décrivent Dani, Smera et Sariah, trois jeunes Américaines d’une quinzaine d’années qui ont accepté de témoigner. Elles ne se connaissent pas, mais côtoient, en ligne, les mêmes communautés où l'on partage ses techniques pour accéder à des réalités alternatives par la pensée, le plus souvent via des scénarios préalablement orchestrés. Ces techniques, qui s’apparentent à des formes d’autohypnose ou de méditation, fascinent car elles touchent aux états modifiés de conscience. 

@anobodyonline

##pov - you finally shifted 🥰 ##fyp ##haikyuu ##shiftingrealities ##karasuno ##nishinoya ##sugawara ##shiftingtoanimeworld ##anime

♬ This song gives off Ghostbur vibes - Disenchanted

Échapper à la réalité

« C’est ma mère qui m’a introduite à la pratique. C’est une personne très spirituelle et elle l’a fait de nombreuses fois avant de m'en parler » , rapporte Dani, 16 ans. Originaire de New York, l’adolescente qui souffre de dépression explique avoir commencé à changer régulièrement de réalité il y a un an. Son univers de prédilection ? Poudlard, où elle affirme entretenir une véritable idylle avec Drago Malefoy, l’ennemi juré du célèbre sorcier Harry Potter. « Généralement, je “shifte” toutes les semaines, mais cela dépend vraiment de mon emploi du temps. Si j'ai cours le lendemain ou que j'ai beaucoup de travail, je change de réalité, mais seulement pendant un jour ou deux, pour faire ce que j’ai à faire. Ça m’apporte beaucoup de bonheur. »

Changer de vie, d’âge, d’entourage, d’environnement, voire d’apparence : entre un devoir de physique-chimie et le moment du coucher, on se déconnecte de la réalité pour accéder à un monde où tout semble possible. Pour cela, rien de plus simple : il faut s’allonger, fermer les yeux et s’imaginer là où on aimerait être. Sur le papier, la pratique a tout d’une séance de relaxation standard. En réalité, le jeune âge des adeptes et leur façon de ritualiser et de scénariser la pratique est frappante. Certains vont même jusqu’à écrire des scripts entiers sur leur smartphone afin de rendre l’expérience plus immersive. « Changer de réalité m'aide au quotidien, cela me motive à aller de l’avant, nous explique Smera, 15 ans, sur Instagram. Le simple fait de savoir que d'autres réalités existent m’inspire et me donne envie de me tailler une vie sur mesure, ailleurs, si je me lasse de la vie réelle. »

@04.10am

##dreamreality ##shifting ##shiftingrealities

♬ vegan teacher feat. nessa - Joshua.

La pratique, pour le moment essentiellement américaine et féminine, a trouvé sa communauté sur TikTok. En l’espace de six mois (nous vous parlions du phénomène en octobre dernier, ndlr), le hashtag #ShiftingRealities a explosé, passant de 170 millions de vues à plus d’un milliard. Même chose sur Reddit où la communauté « Dimension Jumping » compte plus de 40 000 membres, ou encore sur le réseau de communautés Amino où l’on recense plus de 99 000 membres au sein du cercle privé « Subliminal Users » . Fascinée par tout ce qui touche au subconscient, la communauté s’intéresse aux méthodes qui permettent, supposément, de le stimuler.

Quant au vocabulaire employé dans les conversations, mieux vaut avoir révisé ses fiches car les acronymes sont nombreux. CR (current reality) désigne votre réalité de base. À l’inverse, DR (desired reality) concerne celle que vous cherchez à atteindre. Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi la WR (waiting room), sorte de salle d’attente par laquelle vous transitez si vous n’avez pas suffisamment travaillé votre script ou encore la TR (temporary reality), un univers temporaire dans lequel vous pouvez vous exercer au changement de réalité, ou juste passer le temps. 

Je me sens limitée au quotidien par les risques liés au virus, ma vie est au ralenti. Or, quand je “shifte”, je peux scénariser ces risques et vivre une vie pleine d’expériences, là où je passerais ma journée à ne rien faire d’utile ici.

« Des effets puissants »

Avec la pandémie, la pratique semble faire de plus en plus de jeunes adeptes, certains allant jusqu’à décrire des expériences proches du rêve lucide. « J’ai recommencé à “shifter” en août 2020 parce que je voyais de plus en plus de gens le faire, poursuit Smera. J’avais déjà essayé auparavant. Je me rappelle avoir ressenti des effets très puissants, alors j’ai voulu m’y remettre. » Forcée de rester chez elle comme beaucoup de jeunes de son âge, l’adolescente voit la pratique comme une façon de vivre plus intensément. « Je me sens limitée au quotidien par les risques liés au virus, ma vie est au ralenti. Or, quand je “shifte”, je peux scénariser ces risques et vivre une vie pleine d’expériences dans ma réalité souhaitée, au lieu de passer ma journée à ne rien faire d’utile ici. »

@marsbarjules

it’s the most SURREAL FEELING FJSJDJS i didn’t even go to my exact DR but oh my GOD ##realityshifting ##shiftingrealities ##realityshift ##shifting

♬ CeeLo Green void _ C major - that redacted guy

En ligne, on s’échange astuces et méthodes pour transiter vers le monde de son choix. Certaines vont même jusqu’à mettre à disposition des scripts sous la forme de templates pour aider leurs pairs à bâtir leur univers. « Il y a une infinité de méthodes, mais chacun le fait à sa manière, décrit Dani. Ce qui fonctionne le mieux chez moi, c’est un mélange de la méthode du train et du corbeau. » Kezako ? « En général, je m’allonge dans une position confortable et je ferme les yeux. Je m’imagine dans un train qui roule vers ma réalité. Puis je m’assois et je compte jusqu’à 100. Lorsque j’arrive à mon arrêt (ma réalité), je peux descendre du train, sur le quai. Et quand j’ouvre les yeux, j’y suis. »

Besoin de spiritualité 

Outre la trame d’une histoire que l’on peut créer de toutes pièces, c’est l’aspect mystique, voire ésotérique, de la pratique qui attire. « Pour m’aider à basculer, j’écoute des vidéos de musique subliminale sur YouTube, commente Sariah, 13 ans. Je m’allonge, me détends et vide complètement mon esprit en essayant de ne pas m’endormir. » Ces dernières années, ces vidéos censées « reprogrammer » notre cerveau au travers d’affirmations positives inaudibles font un carton. Avoir confiance en soi, attirer la chance et le bonheur, perdre des kilos… avec cette méthode aussi, tout semble possible. Et tant pis si celle-ci est controversée.

Quand on lui demande pourquoi elle “shifte”, Sariah hésite. « Je ne sais pas trop pourquoi… Parfois, c’est juste qu’il y a trop de choses que j’ai du mal à gérer. Je suppose que c’est une bonne façon de m’éloigner de cette réalité... » On commence à le comprendre, “shifter”, c’est mettre le monde en sourdine pour se retrouver, se raconter des histoires. Mais n’y a-t-il pas un risque à préférer se terrer dans une réalité alternative plutôt que de vivre sa vie ?  

« Ce n’est pas dangereux si cela reste ponctuel, commente le docteur en psychologie et clinicien Thomas Villemonteix. Écrire, se raconter des histoires, expérimenter les rêves lucides... cela relève de l’introspection. Quand, en plus, on est enfermé et qu’on a tendance à être anxieux, on cherche des solutions en voyageant en soi » , et d’ajouter : « on parle aussi d’une génération qui est confrontée à une réalité aux dimensions très perturbantes : entre la pandémie, les questions écologiques et l’avenir de la société…, il y a un besoin d’évasion qui est compréhensible. » Un constat que certains de leurs centres d’intérêt corroborent. Libération de la parole autour de la santé mentale, techniques de développement personnel, cartomancie et tarot divinatoire, psychologie et penchant pour le genre du True crime… On pioche ici et là et de communauté en communauté pour trouver ce qui fait du bien. Le dénominateur commun ? La recherche de nouvelles perceptions et sensations. 

Des sciences occultes... à la CIA

Selon Thomas Villemonteix, les plateformes de streaming ne sont pas en reste. « Beaucoup de séries et de films parlent de ces nouveaux rapports à soi, de la manière dont on peut hacker son cerveau » , analyse le psychologue qui dénote, chez sa patientèle et dans la recherche, un intérêt croissant pour le champ des transes hypnotiques. « C’est la recherche d’un ersatz de spiritualité, de quelque chose qui va au-delà de ce que l’on vit au quotidien. Sur Netflix, je pense notamment à la série Maniac (2018). » Interprétée par Emma Stone (Annie) et Jonah Hill (Owen), elle raconte le destin de deux inconnus participant à une expérience clinique pour se libérer de troubles psychiques. Sur la même plateforme et à l’extrémité du spectre, on trouve aussi l’émission documentaire Goop de l'actrice Gwyneth Paltrow qui aborde, pêle-mêle, des sujets controversés comme les psychédéliques, l’exorcisme, la guérison énergétique et les médiums. 

Dani, peut-être la “shifteuse” la plus chevronnée du lot, a fouillé le Web de fond en comble pour mieux comprendre sa pratique. Elle évoque même un rapport de la CIA, « Gateway » , dont le sujet d’étude touche aux techniques d'altération de la conscience humaine et à la perception du temps et de l’espace. Commandé par le Pentagone dans les années 80, il avait été déclassifié en 2010 et fascine les utilisateurs de TikTok qui tentent de le décrypter à coups de feuilletons vidéo.

@abby_careyyy

It’s about time this is general knowledge ##mystery ##gateway ##cia ##research ##learnontiktok ##fyp ##foryoupage ##gatewayprocess ##monroeinstitute ##explained

♬ Creepy Dollhouse - Peder B. Helland

« La connaissance vient avec l’expérience et les recherches, commente l’adolescente. Tu ne changes pas seulement de réalité pour échapper à tes mauvais jours, c'est bien plus profond que ça d'une certaine manière » . Entre sciences, pseudosciences et spiritualité, ce sont de nouvelles croyances que ces jeunes semblent vouloir se forger – à mi-chemin entre mondes physique et virtuel, seuls dans un coin de leur chambre, mais étonnamment toujours ensemble.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.