La GP Explorer

GP Explorer : ivre de son succès, Twitch se voit déjà comme la nouvelle TV

© Twitch Squeezie

L'évènement GP Explorer organisé par Squeezie sur Twitch a battu tous les records d’audience et fait croire aux streameurs qu'ils sont le futur de la télévision.

Ce week-end, ils ont été nombreux à regarder le même programme sur Twitch. Plus d’un million de personnes ont assisté en direct à la course automobile GP Explorer, organisée par le youtubeur et streameur Squeezie. Il faut dire que le tableau était alléchant. Au volant des Formules 4, on retrouvait des créateurs de contenus bien connus comme Gotaga, Seb la Frite, Domingo ou bien Sylvain de la chaîne YouTube Vilebrequin qui a d’ailleurs remporté la course. Si on ajoute les replays qui ont été enregistrés le dimanche 9 octobre, on atteint une audience de 12.4 millions de personnes, un évènement historique pour la plateforme de streaming qui voit là son 5ème record d’audience depuis sa création.

La revanche contre la télévision

Ces chiffres faramineux ont bien évidemment été largement commentés sur les réseaux. Le mot « dinguerie » utilisé à outrance par les streameurs est resté pendant plusieurs heures en tête des tendances Twitter. C’est surtout la qualité de la production, comparable à un grand évènement sportif qui a été saluée par les viewers qui ont plus l’habitude des petits plateaux de Talk-Show. Si les équipes de Squeezie ont ramassé les lauriers, le mérite revient cependant à la boîte de production AMP Visual TV, spécialisée sur ce type d’évènements puisqu’elle travaille sur les grandes soirées de la Ligue des champions. Ça n’a pas empêché les participants et les fans de s’autocongratuler sur ce succès, non sans une pointe de mépris vis-à-vis de la télévision, jugée comme un média vieillissant. Beaucoup de tweets faisaient référence à l’interview condescendante qu’avait menée Thierry Ardisson avec Squeezie en 2017 et voyaient l’avènement de GP Explorer comme une sorte de revanche.

La suite logique de la vie des médias

Cette autocongratulation permanente a aussi énervé plus d’un observateur qui ne comprend pas cette hystérie autour d’un évènement sportif, certes bien organisé, mais pas vraiment révolutionnaire en dehors du changement de plateforme.

S’ajoutent à cela le coût écologique de la course et son timing pas forcément heureux. Alors que la vaste communauté des viewers de Twitch s’était montrée généreuse lors du dernier Zevent consacré à la cause écologique, cette dernière a regardé de manière massive un évènement au cours duquel des bolides brûlent 45 litres de kérosène aux 100 kilomètres. Enfin, signer la mort de la télévision semble plutôt prématuré. Le petit écran n’a pas signé la fin du cinéma et le podcast n’a pas non plus mis à mort la radio. Plutôt que de vouloir absolument mettre en concurrence les différents médias, ne faut-il mieux pas y voir une forme d’hybridation ? Ce qu’ont prouvé les streameurs, c’est qu’ils avaient maintenant assez d’assise financière pour organiser des évènements aussi complexes que les grandes chaînes de télé. Mais il ne faudrait pas que les producteurs sur cette plateforme tombent dans les mêmes travers que ceux qu'on a connus dans les médias dominants, à savoir l’entre-soi et le mépris. Ah... on me dit dans l’oreillette que c’est déjà trop tard !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.