Devant l’inaction de la plateforme envahie de lives frauduleux, Zoé a décidé de monter un groupe de justiciers pour traquer les arnaqueurs jour et nuit.

« Ok Marvin*, je t’envoie 10 000 pièces à ton adresse en échange de ton cadeau. Allez les autres, continuez à envoyer des cadeaux, je note vos noms dans mon tableau et je vous envoie des pièces directes. » Depuis quelques mois, un étrange ballet s’est mis en place sur la section live de TikTok. Toute la journée jusque tard dans la nuit, des tiktokeurs parfois mineurs se relaient pour proposer aux utilisateurs des « pièces » soi-disant gratuites, la monnaie de TikTok, en échange de petits cadeaux virtuels. Bien évidemment, il s’agit d’une arnaque. Ces bonimenteurs reçoivent bien des cadeaux de la part d’internautes crédules (cadeaux qu’il est ensuite possible d’échanger contre de vrais euros), mais n’envoient jamais vraiment leurs pièces en échange (pour comprendre plus en détail comment fonctionne ce système de pièces et de cadeaux virtuels, cliquez sur ce lien).

La superhéroïne que TikTok mérite

Ce business florissant a pourtant quasiment disparu de TikTok depuis quelques semaines. Mais n’allez pas croire que la plateforme a opéré un coup de balai toute seule. Ce nettoyage par le vide, on le doit à Zoé*, une jeune femme habitant dans le Sud-Ouest et connue sur la plateforme sous le pseudo de GilrPoweuz. À la manière d’une superhéroïne parcourant Gotham City, elle s’est mise à chasser les arnaqueurs et faire fermer leur compte, un mois seulement après avoir ouvert son premier profil TikTok. Le déclic s’est opéré le jour où elle est tombée sur l’un de ces fameux lives de pièce gratuite. « L’arnaqueur n’avait pas fermé sa section commentaire et j’ai vu que beaucoup de gens l’insultaient et le traitaient de voleur, explique-t-elle. Une femme est même « montée en live » (TikTok permet aux utilisateurs de prendre la parole en direct durant certains lives), pour expliquer qu’elle avait envoyé une vingtaine de cadeaux sans rien recevoir en échange. Elle avait l’air d’être dans une situation précaire et ça m'a motivée pour me lancer dans la traque des arnaqueurs. »

Des lives boost pour augmenter ses abonnés

Pour mettre son plan à exécution, Zoé décide de monter une task force qui pourrait se relayer 24 h sur 24 sur la plateforme et surveiller les lives afin de les signaler auprès de TikTok. Mais avant d’en arriver là, GirlPoweuz doit tout d’abord atteindre les 500 abonnés, palier à partir duquel il est possible de commencer à faire des lives sur la plateforme et donc recruter plus facilement. Difficilement atteignable sur d’autres réseaux comme YouTube ou Instagram, cet objectif peut être franchi en quelques jours sur TikTok. Pour cela, pas la peine de créer des vidéos amusantes ou du contenu original. Il suffit de participer aux lives boost qui se tiennent presque tous les soirs. « En gros ce sont des lives où il s’agit de se faire remarquer par le tiktokeur qui les organisent en lui envoyant des petits cadeaux, explique Zoé. En échange, il ou elle incite sa communauté à s’abonner à votre compte. Ça fonctionne bien car les gens s’abonnent facilement quand ils voient que vous êtes généreux en cadeaux virtuels. Ils pensent que vous ferez la même chose avec eux. » Sur la plateforme, c’est Gladyseternity, une tiktokeuse qui cumule plus de 177k abonnements, qui est la plus connue pour pratiquer ce type de boost. Chaque soir ou presque, elle harangue son public en incitant à « tapoter et à s’abonner » à la manière d’un camelot de foire. Tapoter sur TikTok signifie taper sur l'écran pour envoyer des likes. La méthode peut paraitre cavalière, mais elle est efficace. Rapidement Zoé franchit le palier des 500 abonnés et peut mettre son plan à exécution. 

Apprendre à manipuler les bots de modération

Lors de son premier live, elle se contente de recueillir des témoignages de gens qui se sont fait avoir par l’arnaque des pièces gratuites. Tous font état de la même technique, à savoir une incitation à envoyer un cadeau virtuel en échange d’un nombre de pièces qui serait supérieur à la valeur même du cadeau. Pour crédibiliser cette offre, les arnaqueurs affichent des comptes gonflés de plusieurs milliers d’abonnés, souvent bidons et achetés entre 5 et 9 euros les 500. Ils expliquent aussi qu’ils bénéficieraient d’un accord passé avec TikTok pour distribuer cet argent virtuel. Mais ce qui frappe Zoé, c’est surtout l’inefficacité des outils de modération de la plateforme. « Beaucoup de gens m’ont expliqué qu’ils tentaient de signaler ces arnaqueurs auprès de TikTok sans succès, explique-t-elle. Ils sont persuadés que ce sont des humains qui vont lire leur message alors qu’il s’agit surtout de bots qui réagissent avec des mots-clés, explique-t-elle. Envoyer un signalement unique avec les mauvais mots-clés ne déclenche aucune action de la part de la plateforme. Il faut être plusieurs à viser le même compte pour que ça fonctionne. » 

Des arnaqueurs de 12 ans

Pendant plusieurs semaines, Zoé et une vingtaine de followers motivés vont donc « liver » durant des heures en cherchant les comptes s’adonnant aux arnaques. Une fois leurs cibles repérées, notre superhéroïne écrit sur un papier visible à l’écran le nom du compte qu’il faut signaler ainsi qu’un script composé de mots-clés qu’elle estime être plus efficaces qu’une phrase classique. « En fait il faut mettre des mots chocs, explique-t-elle. "Attention",  "danger", "arnaque", et d'autres combinaisons de mots clés, ça fonctionne plutôt bien. Je mets aussi les mêmes mots en anglais pour être certaine que ça soit lu. Je rajouter aussi d'autres mots clé que je préfère garder pour moi mais qui sont plus violent pour obliger les bots à réagir » .

Avec cette tactique, elle arrive parfois à supprimer plus de 4 comptes par soirée. Bien évidemment, cela commence à se savoir du côté des arnaqueurs qui ne comprennent pas pourquoi leurs lives si lucratifs commencent à être supprimés par la plateforme. « Ils ont fini par débarquer dans mes commentaires en me demandant pourquoi je les signalais en masse. Comme je suis plutôt pour la bienveillance, je les ai même fait monter en live pour discuter avec eux. Et c’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que j’avais affaire à pas mal de mineurs dont certains pouvaient avoir 12 ans. Pour rappel il est interdit de faire des lives avant 16 ans et la plateforme est interdite avant 13 ans. La plupart ne voyaient pas le mal qu’ils faisaient et avaient juste l’impression de faire un jeu ou d’avoir trouvé une combine innocente » .

En faisant parler ces arnaqueurs relativement naïfs, Zoé découvre que beaucoup d’entre eux font partie d’un réseau pyramidal géré par un certain Morgan, un adulte basé au Portugal. Ce dernier incite les préados à se recruter les uns les autres dans les cours de récré des collèges et les coordonne à partir d’un groupe Snapchat dédié aux arnaques. Dans les captures d’écran fournies par Zoé, on peut voir ce fameux Morgan motiver ses troupes en affichant l’argent récupéré la veille, avec des sommes entre 400 et 700 euros par groupe de comptes. D’après notre chasseuse d’escroc, Morgan peut récupérer jusqu’à 4500 euros sur une journée. Les enfants qui participent à cette combine ne touchent qu’un maigre pourcentage, environ 200 euros par semaine sur un compte PayPal. Tout le reste va à la tête de la pyramide. 

La monétisation de TikTok attise les convoitises

La stratégie de GirlPoweuz va s’avérer gagnante. Au début de son opération, les arnaqueurs ont tenté de s’adapter, notamment en mettant en place des lives au moment où elle se reposait. Mais peu à peu, la vigilance de son groupe empêche les nouvelles recrues de monter des lives. « Ils sont venus m’insulter dans mes lives et ils ont menacé de pirater mon portable et de me doxer (dévoiler des informations personnelles sur les réseaux), raconte-telle. Mais en fin de compte, il ne s’est rien passé et depuis, cette arnaque a pratiquement disparu. »

Mais Zoé ne compte pas s'arrêter là. La jeune femme continue de traquer les comptes qui s’adonnent à d’autres formes d’arnaques et de délits, comme par exemple des appels aux dons avec un faux compte de la SPA. Il n’y a aucune raison que ce type d’escroquerie s’arrête. D’après une étude du cabinet Data.ai, c’est sur TikTok que les internautes dépensent le plus d’argent avec un record de 840 millions de dollars au cours du premier trimestre 2022. De quoi attirer bien des convoitises. Zoé souhaite cependant que le réseau prenne ses responsabilités en termes de modération de contenu. « À chaque transaction, qu’elle soit honnête ou frauduleuse, la plateforme prend une commission de 50 %. Elle pourrait faire un effort pour rendre ces échanges plus sûrs, ou au moins être plus pédagogique sur la manière de signaler les contenus frauduleux ». Interrogée sur la manière dont les lives sont modérés, ainsi que sur la présence de nombreuses arnaques, la direction française de TikTok n’a pas donné suite à nos questions.  

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.