premium 1
premium 1
Une jeune fille fait du DIY sur une table en bois
© Li Ziqi

L'une des plus jolies chaînes de YouTube serait en réalité un outil de propagande massive

Le 5 mars 2019

Li Ziqi est une vidéaste chinoise qui cartonne sur YouTube. Elle est belle, elle s’occupe de sa grand-mère, elle fabrique des objets ou cuisine des plats traditionnels. Sauf qu'en Chine, les internautes ne sont pas censés avoir accès à YouTube. Et ça donne de folles rumeurs sur son compte. Serait-elle chargée de faire de la propagande ?

Li Ziqi est le genre de Youtubeuse dont on tombe amoureux dès le premier visionnage. Cette vidéaste chinoise vivant dans la campagne du Sichuan, offre aux internautes des vidéos relaxantes sur la thématique du Do it yourself. Cuisine, fabrication de meubles en bambou, ou technique de culture ancestrale : toutes les productions de cette jeune femme tournent autour de l’artisanat traditionnel. Sans aucun commentaire en voix off, on contemple tranquillement le dur labeur de Li Ziqi qui donne une véritable sensation de réconfort.

Relaxez-vous, vous êtes sur China TV

Sur YouTube, ces vidéos sont un véritable carton avec plus de 300 millions de vues et 2,9 millions d’abonnés. Pas mal, pour une chaîne écrite intégralement en chinois et donc difficilement accessible pour un public occidental. Surfant sur la vague de l’ASMR ou de l'Eye Candy, les productions de Li Ziqi sont extrêmement léchées tandis que la qualité de l'image frise un tel niveau de perfection qu'on a plus l'impression d'un documentaire de National Geographic que d'une vidéo YouTube.

Le montage est aussi irréprochable tandis que tout est fait pour nous donner envie d’en savoir plus sur cette jeune paysanne. Elle ne parle pas souvent, mais elle a clairement développé un personnage très élaboré. Comme les outils qu’elle utilise, Li ne s’habille qu’avec des habits traditionnels. Elle est travailleuse, souriante, dit bonjour à ses gentils voisins et s’occupe bien de sa grand-mère. En d’autres termes, Li Ziqi est tout simplement parfaite.

Et forcément, ça pose des questions.

Les internautes commencent à se poser des questions

En effet, au-delà de l’aspect technique on ne peut s’empêcher de voir un certain message se dégager de ses vidéos. Li Ziqi semble nous vendre une « manière de vivre » à la chinoise. Les valeurs de travail et de simplicité dégoulinent du moindre plan. Même la campagne chinoise du Sichuan, connue pour être l’une des régions les plus fertiles du pays, est mise en avant comme dans une publicité pour touristes. Ce sentiment est si fort qu’on finit par se poser la question ultime : ne suis-je pas en train de regarder un film de propagande ?

Cette question, d’autres internautes se la posent également. Sur Reddit cet utilisateur demande si la chaîne n’a pas été montée par le gouvernement.

D’autres estiment que ce genre de vidéo permet notamment de créer un fantasme autour d’une vie rurale idyllique .

Cet internaute estime quant à lui que la campagne chinoise offre des conditions de vie bien plus difficiles que ce qui est présenté dans les vidéos de Li Ziqi.
Card

Au-delà du message politique qui se cache derrière ces vidéos, la question de l’accès à YouTube et Facebook se pose aussi. En effet la Chine est plutôt isolée du reste du web classique grâce à sa grande muraille numérique. Ce firewall filtre la plupart des contenus du web et empêche l’accès aux réseaux sociaux et plateformes de partage de contenus occidentaux. 

Cependant, d'après Nashidil Rouiaï, Docteure en Géographie au CNRS et spécialiste des questions des représentations et de l'Asie orientale, cette interdiction est relativement peu respectée en Chine. « Une très grande partie des Chinois disposent de VPN (qui se vendent partout de manière officieuse), explique-t-elle. Bien que les plateformes vidéos autorisées telles Youku, Tudou, iQiyi ou les hybrides WeChat/Weixin soient les plus utilisées pour l'audience chinoise, les internautes d'une part et les organes de presse officiels d'autre part diffusent aussi sur des canaux internationaux (officiellement non autorisés en Chine) pour atteindre une audience internationale. C'est assez cocasse de voir que les chaînes CCTV par exemple diffusent YouTube...»

À la poursuite de Li Ziqi

Pour en savoir plus, j’ai décidé de creuser un peu plus le sujet. Après une simple recherche sur Google, j’ai trouvé une véritable biographie digne des meilleurs soap opéra. Sur le site Raknife (un site de vente de couteaux traditionnels dont la jeune fille se sert souvent), j’apprends que Li Ziqi est née dans les années 90 et qu’elle a été élevée par ses grands-parents. Après avoir quitté l’école à 14 ans et avoir fait plusieurs petits jobs pour subvenir aux besoins de sa famille. En 2012, elle revient dans la maison familiale pour aider sa grand-mère malade et reprend une vie rurale tout en vendant ses produits sur l’Amazon chinois TaoBao. En 2015, elle investit la plateforme Meipai qui permet de poster des petites vidéos. Elle commence sa vie de vlogueuse avec comme objectif de montrer aux gens de la ville d’où viennent les légumes qu’ils mangent, mais aussi de mettre en avant ses propres produits qu'elle vend en ligne.

À partir de 2016, elle migre sur Weibo, le principal réseau social chinois qui va mettre en avant ses vidéos afin de valoriser la ruralité. En l’espace d’un an, elle devient une véritable célébrité avec plus de 15 millions de followers et va s’entourer d’une équipe de trois personnes pour réaliser ses vidéos. L’article de Raknife indique aussi qu’elle a signé un contrat avec Weinian technology, une agence travaillant avec les plus grands influenceurs chinois, appelé KOL (pour Key Opinion Leader). En fouillant un peu plus du côté du site Chinadaily, j’apprends que notre vidéaste champêtre fait partie des « good young netizens ». Il s’agit d’un groupe d’une centaine d’influenceurs dont l’objectif est de faire la vulgarisation de science, d’histoire ou de culture chinoise tout en faisant la promotion de « bonnes habitudes de pratique des jeux vidéo et d’usage du web ».

Un exemple du soft power à la chinoise ?

On l’aura compris, Li Ziqi fait clairement partie d’un petit groupe d’influenceurs dont le rôle est de transmettre des valeurs et une image, totalement validés par le gouvernement. Quand au message il est plutôt limpide. « L’un des intérêts des vidéos de Li Ziqi est qu'elles promeuvent l'image d'une Chine intemporelle, mythifiée et ancestrale, explique Nashidil Rouiaï. Or c'est précisément sur ce créneau que marche une grande partie du soft power chinois : les images de la culture chinoise diffusées à l'échelle internationale sont largement centrées sur une tradition plurimillénaire, mettant en avant la richesse de son patrimoine. On le constate dans la mise en scène de la Chine lors des grands évènements internationaux mais aussi à travers son cinéma et notamment les wu xia pian (films d’arts martiaux comme Tigre et Dragon). »

À ce niveau, il est impossible de savoir si cette youtubeuse utilise un VPN illégal pour contourner la censure chinoise et poster son contenu sur YouTube. On peut toutefois dresser plusieurs hypothèses. La première est qu’un internaute sachant écrire et parler chinois vole le contenu de cette vidéaste et le poste sur la plateforme depuis un autre pays. La seconde hypothèse est que le gouvernement laisse faire cette diffusion, voire y participe, dans une stratégie de soft power censé véhiculer des valeurs chinoises positives envers un public occidental. À vous de choisir…

POUR ALLER PLUS LOIN :

>23 millions de Chinois ne peuvent plus voyager à cause de leur mauvaise note citoyenne

>Tech chinoise : le nouveau modèle gagnant ?

>En Chine, on peut louer un « petit ami » au centre commercial

Commentaires
  • Les vidéos de Li Zigi sont magiques, poétiques et dépaysantes. Aucune vlogueuse occidentale ne parvient à un tel niveau de perfection visuelle et de qualité de contenu. Peu m'importe au final de savoir qui est véritablement Li Ziqi, la seule chose qu'elle me "vend" est du rêve.

  • Tout un "article" pour étaler sa jalousie....c'est très moche contrairement aux vidéos de Li Zigi. En qq vidéos, elle a cassé la propagande occidentale massive sur les gens qui vivraient supposément mal dans la chine rurale...

  • Si vous aviez fait mieux vos recherches vous apprendriez que sa chaîne YT, son compte insta et facebook sont tenus par des fans qui repostent, traduisent et monitore son contenu justement pour que tout le monde y ait accès. Arrêtez d'y voir le mal partout et je suis d'accord avec les autres votre article transpirent la jalousie et le mépris. Laissez cette belle artiste tranquille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.