un homme de plus de 50 ans qui fait coucou devant son smartphone avec le logo de Snapchat

Snapchat, ce réseau social des plus jeunes qui séduit désormais… les vieux

© Alessandro Biascioli via Getty Image

Le réseau social préféré des ados a dévoilé ses chiffres d’audience et progresse nettement chez les plus de 35 ans. 

Souvent présenté comme le « premier jouet numérique » des moins de 13 ans qui découvrent les réseaux sociaux, Snapchat a-t-il atteint la maturité ? C’est ce que semblent montrer les résultats d’audience réalisés avec Médiamétrie, dévoilés par la plateforme ce jeudi 14 avril. Entre 2020 et 2022, le nombre de visiteurs uniques âgés de 35 à 49 ans est monté à 4 millions par jour, soit une hausse de 62 % en 2 ans. À titre de comparaison, la croissance chez les 15-25 ans n’est que de 7 % avec une stabilisation du nombre d’utilisateurs quotidiens à 5,9 millions. À noter que la croissance chez les 13-14 ans est toujours en hausse de 17 % et 1,5 million de visiteurs par jour. 

La première appli des 15-49 ans

De manière plus globale, Snapchat se tient à la quatrième place des applications les plus visitées au quotidien sur smartphone avec 17,9 millions de visiteurs uniques par jour en moyenne. La plateforme sociale a d’ailleurs établi un record d’audience en janvier 2022 avec 25 millions d’utilisateurs en une journée. Elle se place derrière Facebook avec 20,9 millions de visiteurs, Google, avec 18,4 millions de visiteurs et WhatsApp avec 18,2 millions de visiteurs. Si l’on prend en compte la tranche d’âge des 15-49 ans, Snapchat devient la première application la plus visitée. 

Snapchat a su garder ses premiers utilisateurs

Pour expliquer ces bons résultats, Snapchat met en avant plusieurs explications. L’explosion des applications de messagerie à la suite des premiers confinements et la volonté des parents de vouloir garder le contact avec leurs enfants sur ce réseau. Mais la plateforme met aussi en avant le vieillissement de ses usagers les plus anciens. Une fois passé l’âge de la découverte et des premières expérimentations avec les filtres, les premiers utilisateurs garderaient donc l’application dans leur portable pour communiquer avec les plus jeunes. De quoi faire oublier ses petits travers comme le partage de vidéos ultra violentes parmi les plus jeunes ou la multiplication des arnaques d’influenceurs ou des contenus liés au trafic de drogue ?

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.