Poutinie dit au revoir à un soldat

L’Ukraine a déjà gagné la guerre… des mèmes

© Ukraine meme forces

Les nombreux comptes relayant la propagande émotionnelle et rigolarde de l'Ukraine prouvent que sur le terrain de la communication, le pays de Zelensky a déjà gagné.

Un soldat ukrainien qui médite à côté d’un missile planté dans le sol sans avoir explosé, une vue circulaire des tranchées de la ville de Bakhmut ressemblant à un paysage de la Première Guerre mondiale, des listes de matériel russe détruit, régulièrement mises à jour, ou bien encore des vidéos issues des rangs des conscrits russes montrant l’état déplorable de leur armée. S’il est impossible de connaître l’issue du conflit, une chose est certaine : sur les réseaux sociaux, l’Ukraine mène et remporte la bataille de l’image.

Les armées virtuelles de l’Ukraine

Le pays a largement investi le terrain numérique depuis le début de la guerre. Sur Twitter, le compte Defense of Ukraine qui synthétise une propagande extrêmement efficace est suivi par plus de 1,5 million de personnes. Et il est loin d’être le seul. Derrière lui, se trouve aussi le compte Ukraine meme forces (330k abonnés), dont les images inondent les fils de discussions de 9gag. On peut également citer le compte du NAFO, pour North Atlantic Fella Organization, un regroupement de cyberactivistes partageant mèmes et renseignements militaires, à la manière de la Katiba des narvalos et dont la mascotte est un petit chien Shiba.

Cette mise en place de soldats numériques (pour la plupart des volontaires civils, souvent étudiants) n’est pas née d’hier. Le directeur de campagne de Zelensky, Dmitry Raimov avait déjà installé ce genre de task force pour présidentialiser son candidat durant l'élection. Avant cet épisode, les mèmes avaient aussi été une arme contre l'annexion de la Crimée en 2014.

Mèmes tous les jours

À présent, l’objectif de cette guerre du mème est double. Le premier est de donner l’impression aux alliés que l’Ukraine est en mesure de gagner cette guerre. C’est ce qu’expose très simplement Olana, une entrepreneure de Kiev (son prénom a été modifié) interrogé par la BBC. Cette dernière dirige une troupe de volontaires qui créent 24h sur 24 du contenu vidéo et des images amusantes qui sont répartis dans différents comptes comme Defense of Ukraine ou plus spécifiquement Ukraine meme forces. Pour elle, il s’agit de montrer aux pays d’Europe ou aux États-Unis qui soutiennent le pays qu’ils « ne parient pas sur des loosers » et que les armes envoyées sur le front sont vraiment utiles. Chaque percée militaire et chaque engagement pris par des dirigeants alliés sont accompagnés d’images et de vidéos venant soutenir les efforts.

L’autre objectif de la propagande ukrainienne est de retourner l’absurde guerre menée par Poutine contre lui-même. Appuyant là où ça fait mal, à savoir la désorganisation du commandement militaire et le manque de moyens des conscrits, les mèmes Ukrainiens puisent leurs inspirations dans de nombreuses vidéos publiées sur Telegram afin de viser directement l’opinion des soldats russes présents sur le terrain. Mais sur ce point, il est difficile de savoir si cet effort est véritablement payant. Une chose est certaine : du côté du Kremlin, l’humour est quasiment absent de la propagande qui s'évertue à tenter de discréditer le commandement ukrainien et de minimiser ses pertes...

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.