habillage
Des militants protestant contre les avantages du secteur aéronautique
© Stay Grounded

SavePeopleNotPlanes : le lobby aéronautique veut profiter de la crise, les ONG réagissent

Le 8 avr. 2020

Le secteur de l’aéronautique subit la crise de plein fouet. Mais qu’on se « rassure » : le lobby chargé de le défendre se porte comme un charme, et espère en profiter pour se refaire une santé.

#SavePeopleNotPlanes : c’est le nom de la campagne initiée par plus de 250 associations de 25 pays pour dénoncer les pressions exercées par le lobby de l’aviation sur les gouvernements. Les ONG mobilisées font notamment référence aux mesures fiscales avantageuses réclamées par le président de l’Union des aéroports français.

Profiter de la crise pour s’attaquer aux problèmes structurels

Les associations soulignent que le secteur aéronautique bénéficie déjà de régimes avantageux. Elles notent aussi l’absence de contribution aux objectifs climatiques mondiaux. « L’industrie (…) a résisté à la moindre suggestion de taxes sur le carburant ou les billets. Aujourd’hui, les compagnies aériennes, les aéroports et les constructeurs exigent des renflouements massifs et inconditionnels, financés par les contribuables », explique Magdalena Heuwieser, du réseau Stay Grounded, qui se bat pour des systèmes de transports plus justes.

Soutenir les gens, assurer une transition juste, et revoir le système de taxes

Les associations expriment trois demandes claires :

L’humain d’abord

Plutôt que de profiter de la crise pour enrichir un peu plus les personnes dirigeantes et les actionnaires, les aides financières déployées par les gouvernements devraient plutôt permettre d’assurer aux travailleurs et travailleuses plus de sécurité. Meilleure protection salariale, meilleure protection sanitaire, et meilleurs revenus pour les pilotes, le personnel navigant, mais aussi pour celles et ceux qui travaillent dans les aéroports, les services de traiteurs, etc.

Une transition vers un secteur des transports plus écologique

Les ONG réclament une transformation du secteur des transports pour qu’il soit cohérent avec les objectifs climatiques – à savoir, une réduction de 1,5°C du réchauffement planétaire. Et il n’est pas ici question de rendre l’aviation plus green à coups de promesses illusoires, mais de favoriser les alternatives bas carbone, comme le transport ferroviaire. Une pétition en ligne met d’ailleurs en avant le lien entre dérèglement climatique et aviation.

Pas de taxes, pas de sauvetages !

La dernière demande concerne le système fiscal avantageux dont bénéficie l’industrie, notamment par une exemption de taxes sur le kérosène – ce qui donne un avantage considérable aux acteurs du secteur par rapport à d’autres modes de transport pourtant moins polluants. Par ailleurs, les associations demandent aussi que les programmes de fidélité incitant à prendre souvent l’avion soient remplacés par des taxes équitables et progressives pour pénaliser les gens qui utilisent régulièrement ce mode de transport.

Mélanie Roosen - Le 8 avr. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.