habillage
premium1
premium1
Une femme nue derrière une butte d'herbe
© Vizerskaya via Getty Images

Y a plus de saison ! Et c’est Gucci qui le dit

Le 25 mai 2020

L’industrie de la mode – comme les autres – a été bouleversée par la crise. La mode post-Covid sera-t-elle plus responsable ? On l’espère. En attendant, Gucci donne le LA : la maison de luxe italienne annonce arrêter les « saisons ».

Printemps/Été, Automne/Hiver… Les collec’ s’enchaînent au rythme des soldes et des fashion weeks, et c’est loin d’être une bonne nouvelle. Ce rythme effréné a des conséquences environnementales, sociales et sanitaires catastrophiques qui assurent au secteur de la mode une position confortable dans la liste des industries les plus polluantes. Question éthique, c’est pas non plus joli-joli. La course aux collections pressurise les designers, qui se retrouvent à copier les idées vues ici et là histoire de sortir quelque chose à temps. Alors que certaines petites marques s’engagent pour changer la donne, les grandes du luxe doivent encore montrer la voie. Et ça, Gucci semble l’avoir compris.

Changement de tempo

Depuis plusieurs années déjà, la maison de luxe italienne envoie toutes sortes de signaux positifs en matière d’engagement. En 2018, Gucci avait ainsi lancé Gucci Equilibrium, une plateforme inspirée des Accords de Paris. Objectif : exposer sur 10 ans la stratégie de l’entreprise, au service des gens, de la planète, et de la quête de sens sous l’impulsion de son CEO, Marco Bizzarri.

Aujourd’hui, c’est son directeur artistique Alessandro Michele qui tient à s’engager. Sur son compte Instagram, il a partagé le fruit de ses réflexions confinées.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alessandro Michele (@alessandro_michele) le

Dans cette « temporalité suspendue », il a pu remettre les pendules à l’heure. L’heure de prendre le temps, visiblement, pour « sortir de la tyrannie de la rapidité (…) qui risque d’humilier la créativité ». Le résultat ? Finies les collections par saison ! Terminées les fashion week aux quatre coins de la planète ! Désormais, « nous nous rencontrerons deux fois par an, pour partager ensemble les chapitres d’une nouvelle histoire. Des chapitres irréguliers, joyeux, et absolument libres. »

Plus de créativité et de responsabilité

Pour Alessandro Michele, c’est donc un moyen de reposer son cerveau fatigué, de recharger les batteries de sa créativité. Et c’est plutôt louable. Sortir du diktat des saisons, c’est permettre plus de liberté aux créateurs et créatrices, qui n’ont pas besoin de pondre de nouvelles idées, qui finissent par toutes se ressembler, à mesure que change la météo.

Petit bonus : une cadence plus nuancée permettrait aussi de reposer… la planète. Une production plus calme pourrait avoir pour bénéfice de créer une mode et une consommation plus responsables.

Mode et Covid, une histoire d’introspection

L’initiative de Gucci fait suite à une série d’annonces d'autres acteurs, qui semblent avoir vécu une épiphanie pendant le confinement. On peut penser à Saint Laurent, qui expliquait vouloir « repenser son approche au temps et [instaurer] son propre calendrier » en avril, ou Valentino qui souhaitait modifier le programme de ses collections.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Anthony Vaccarello (@anthonyvaccarello) le

Fallait-il une crise sanitaire mondiale pour que la mode se réinvente ? Question luxe, ça semble bien parti. Reste à voir si la fast fashion emboîte le pas.

Mélanie Roosen - Le 25 mai 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.