actu_29655_vignette_alaune

Reconnaissance faciale en temps réel

Smart Me Up, une technologie de reconnaissance faciale en temps réel, a remporté le concours The Start-Up Elevator organisé par Publicis. Interview de son COO, Matthieu Marquenet.

Lundi soir s’est tenue la grande finale du concours The Start-Up Elevator organisé par Publicis. Lors de cette soirée, les dix startups finalistes ont eu 50 secondes pour présenter leur projet (la durée équivalente des 6 étages à gravir pour arriver à la terrasse de l’agence) et 5 minutes de questions & réponses pour défendre leur dossier devant un jury d’experts, mais aussi un public d’annonceurs, d’entrepreneurs, d’investisseurs, de journalistes et de blogueurs.

Et la startup qui s’est particulièrement faite remarquer cette année est Smart Me Up : une technologie de reconnaissance faciale en temps réel. « Tout a commencé avec cette constatation. Nous sommes entourés d’objets connectés et pourtant il leur manque encore un sens pour être aussi intelligents qu’un être humain : la vision. Nous avons développé notre technologie en ce sens, le computer vision qui permet, entre autres, de détecter une des choses les plus intéressantes, le visage : nous nous sommes concentrés sur la reconnaissance faciale. Notre objectif était de créer une technologie suffisamment précise et rapide pour qu’elle puisse être intégrée à tout type d’objet. », souligne Matthieu Marquenet.

Smart Me Up a été créé par Loïc Lecerf en 2012. L’aventure a démarré par deux années de recherche pour mettre au point cette technologie. Matthieu Marqueret a rejoint l’équipe en 2014, au moment où la technologie était disponible à la vente : à ce jour, elle permet, à partir de n’importe quelle image provenant d’une photo ou d’un enregistrement vidéo de détecter des visages ; de les analyser (déterminer le genre, l’âge, l’humeur…) ; de les identifier « Ce processus d’apprentissage est relativement simple, il permet de reconnaître une personne à partir d’une seule image fournie au départ. », précise Matthieu Marquenet.

Les trois secteurs cibles de Smart Me Up sont : le SmartHome, tout ce qui s’apparente à la sécurité et aux caméras de surveillance. Plus besoin de regarder sans cesse son Smartphone, l’utilisateur connait en temps réel, par notifications, l’identité des personnes qui intègrent sa maison. En outre, ce service peut s’adapter à n’importe quel objet du quotidien, un jouet pax exemple,  pour optimiser le service proposé.

Autre secteur préférentiel : l’automobile, la technologie est capable d’identifier le conducteur et d’analyser s’il est attentif au volant ou au contraire somnole. Enfin : la surveillance. Smart Me Up permet, notamment dans les lieux publics de compter le nombre de personne et d’anticiper des mouvements de foule.

« Aujourd’hui, nous travaillons notamment pour Photomaton pour de la vérification de conformité de photos d'identité. Nous faisons également de l’analyse de densité pour la SNCF. », souligne Matthieu Marquenet.

L’équipe de Smart Me Up est constituée de huit personnes, essentiellement des chercheurs en traitement d’images axés en Intelligence Artificielle et Machine Learning. « Nous espérons doubler ce nombre en 2016 : nos besoins sont très mathématiques, mais nous allons également recruter sur la partie technique et commerciale. », précise Matthieu Marquenet.

 

La deuxième place du concours The Start-Up Elevator revient à SharePay, une carte de paiement qui permet de partager et gérer les dépenses de couple sans compte joint, simplement et instantanément.

Adotmob remporte la troisième place. Spécialisée dans la publicité programmatique mobile, la startup propose de l’optimisation de campagnes publicitaires en temps réel pour les annonceurs et les agences média.

 

Les gagnants ont remporté des heures de conseil en stratégie de communication par Publicis Modem, des heures de conseil en financement d’amorçage par 50 Partners, et des postes en coworking au Loft 50 Partners.

 

 

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.