premium2
Disney impose un copyright sur Loki

Disney veut interdire les fan arts de Loki

Le 21 juin 2021

Des artistes vendant des produits en rapport avec Loki se font menacer par Disney. L’affaire n’est pas inédite, et questionne les ambitions de la firme américaine en matière d’appropriation culturelle.

À qui appartient Loki ? La divinité nordique, présente dans de nombreux récits mythologiques, fait un come-back remarqué dans l’univers Marvel, filiale de la Walt Disney Company. Populaire auprès des fans, le dieu de la malice a désormais droit à une série dédiée. Et Walt Disney compte bien rafler les profits de TOUS les produits dérivés – même si cela implique d’empêcher les artistes de s’exprimer.

Loki, Low Key, même combat

Un internaute qui vendait sur la plateforme Redbubble un t-shirt estampillé « Low Key » (« informel », en anglais) écrit en vert (la couleur favorite de Loki), a reçu un courrier l’informant que Disney estimait qu’il s’agissait d’une violation de la propriété intellectuelle. L'artiste ne citait pourtant pas directement le frère adoptif de Thor : il a même expliqué avoir fait attention à employer une typo et une couleur différentes de celles utilisées par Disney. Pour le Dailydot, qui révèle l’affaire, le cas est complexe. Certes, Disney diffuse la série Loki et détient les droits du personnage Marvel. Mais la mythologie autour de celui-ci est bien antérieure à la saga cinématographique. Du côté des internautes, on s’agace de la tentative de récupération d’une divinité, que certaines personnes continuent de vénérer, aujourd'hui.

Appropriation culturelle

Ce n’est pas la première fois que Disney essaye de s’approprier une culture. À l’occasion de la sortie du dessin animé Coco, qui se déroule au Mexique durant la fête des morts, Disney a voulu déposer la marque « Día des los Muertos ». L’objectif : s’assurer tous les bénéfices des produits dérivés (jouets, vêtements, bijoux…, et même conserves de fruits). Une forte mobilisation au sein de la communauté latino-américaine ainsi qu’une pétition en ligne avait finalement poussé le géant du divertissement à faire marche arrière.  

Disney, qui mène une politique de « woke-washing » depuis plusieurs années en tentant de faire oublier son passé sexiste et raciste, a visiblement encore du pain sur la planche, et quelques leçons à réviser.

Mélanie Roosen - Le 21 juin 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.