habillage
premium 1
premium1
Thomas Derouault, Virgile Brodziak et Florent Depoisier

JWT, nouvelle génération

Le 23 juin 2017

L’agence iconique se refait un nom, avec ceux de Thomas Derouault, Virgile Brodziak et Florent Depoisier. Rencontre.

Trois hommes, trois parcours, une agence : JWT Paris, sous la houlette de ses trois dirigeants, prend un nouvel envol. Plus agile, plus fluide, et prometteur.

Virgile Brodziak a une expérience multiple, d’abord commercial avant de devenir planneur. « Au milieu des agences, j’ai fait un break entrepreneurial », au sein d’une agence d’architectes d’intérieur sur internet puis d’une plateforme d’intermédiation entre les agences de publicité ou les annonceurs et les freelances. « Depuis 6 ans, je suis de retour dans le monde des agences ».

Florent Depoisier a rencontré Virgile au CELSA. « Je ne voulais pas faire de la publicité, mais du droit, pour devenir notaire ». Un test d’orientation plus tard et le constat est là : le droit, très peu pour lui, il est fait pour les métiers de la communication et de l’information. « A l’époque, face au CELSA se trouvait JWT, une agence qui rayonnait. Je me disais qu’un jour je réussirai à rejoindre une belle boîte comme celle-ci ». Aujourd’hui son rôle est de faire en sorte que les équipes apportent la meilleure réponse créative à un problème business. « Ce métier je le fais pour le pouvoir de la création ».

Thomas Derouault, de son côté, voulait faire de la BD : il rejoint une école aux Etats-Unis… où les créateurs français sont un peu boycottés. « Je suis rentré en France. On m’a demandé si je savais faire un site web. Je ne savais pas… Mais c’était payé 50 000 Francs, alors j’ai dit ‘’oui’’ et j’ai appris ». Il monte ensuite son entreprise, embauche ses amis, et n’a bientôt plus le temps de faire le distinguo entre vie pro et perso. A 23 ans, il arrête et rejoint le monde des agences avant de partir à l’étranger, pour Dubaï et Singapour. A son retour en France, il intègre le groupe Havas avant qu’on ne lui propose de monter la nouvelle équipe de direction de JWT. « J’ai trouvé ça super ».

Florent et Virgile le rejoignent. Première étape : écrire un projet. « J’avais toujours voulu faire ça. Ça a plu au groupe, et ça permet d’assurer une vraie entente entre nous ». Les équipes sont complices : Thomas, Virgile et Florent ont appris à travailler ensemble pendant 6 mois avant de se lancer. Leur force : l’honnêteté. Entre eux, mais aussi envers leurs collaborateurs, leurs clients, leurs prospects. La démarche séduit un certain type de marques : « pour nous, la transparence dans la relation est une valeur fondamentale », poursuit Florent Depoisier, allant jusqu’à parler « d’intimité » au sein des partenariats. « La marque doit nous expliquer ses problèmes intrinsèques, pas de faux questionnements : elles doivent se confesser pour que l’on puisse les aider ».

Chez JWT, on milite pour ramener la dimension conseil au sein des agences, « qui ne doivent pas être de simples exécutants dans une logique de mondialisation ». La compréhension d’un client, demande d’être au plus proche du consommateur ou de la marque. Cela nécessite de repenser les modes de fonctionnement, mais aussi les outils… « On s’inspire des startups qui fonctionnent. Et pour une agence, cela constitue une petite révolution… », confie Virgile Brodziak. A ce titre, chaque lundi, les différentes équipes se réunissent pour discuter, se tenir informées des actualités de l’agence. « Nous passons un moment ensemble, à se dire les choses, pour que chacun comprenne, puisse voir les sujets et se former ». Cette volonté d’inclure l’ensemble de l’agence fait partie du projet écrit par Thomas, Virgile et Florent : « nous nous sommes toujours dit qu’à trois, ça ne fonctionnerait pas. Ça ne peut exister que si tout le monde est avec nous ».

Aujourd’hui, le débat qui rythme l’industrie, c’est la data, qui ne doit pas entrer en confrontation avec la créativité, mais en être complémentaire. « Nous sommes armés pour répondre à ces questions », explique Florent Depoisier. « Nous avons fait entrer dans l’agence des solutions data très puissantes, qui permettent d’appuyer l’ultra-créativité, le concept, l’idée pure, qui permettent de toucher le consommateur ». Pour Virgile Brodziak, la donnée informe la créativité. « L’Intelligence Artificielle n’est pas capable d’avoir des idées originales, mais elle peut compléter ou confirmer des insights pour orienter la création ».

Finalement, JWT Paris aujourd’hui, c’est une aventure entrepreneuriale. « C’est comme si l’on avait monté notre agence avec un très beau business angel, qui comprend tout l’intérêt de la startup JWT : c’est le meilleur cadre qui soit ». L’offre est nouvelle, le réseau puissant, et les initiatives soutenues. « Ça marche ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.