CryptoPunk #9998

C’est quoi le wash trading, la technique de fraude qui se diffuse sur le Web3 ?

© CryptoPunk

Zoom sur une technique de fraude adoptée par les arnaqueurs du Web3 pour doper artificiellement la valeur de leurs NFT.

Vous ne maîtrisez pas complètement le concept de NFT. Mais vous avez compris que les heureux possesseurs de CryptoPunks, ces personnages pixelisés pionniers du CryptoArt, ou de Bored Ape Yacht Club, ces images numériques de singes anthropomorphes, se sont créés de petites fortunes. Vous aussi vous voudriez vous lancer. Alors, méfiez-vous des arnaques aux NFT qui fleurissent et notamment de cette technique du wash trading. Son principe ? Il est vieux comme le monde. Vous faire passer une image numérique dont personne ne veut pour l'affaire du siècle. Et pour le faire, il s'agit de gonfler artificiellement sa valeur.

Gonfler artificiellement la valeur de son actif

Le wash trading, comment ça marche ? Comme un tour de passe. L’adresse A passe un ordre de vente via l’un de ses wallets puis envoie un ordre d’achat en utilisant un autre portefeuille, associé à une adresse B. Les deux adresses sont différentes, les portefeuilles de NFT aussi. Pourtant, elles appartiennent bien à la même personne. Cet aller-retour est effectué plusieurs fois. Objectif ? Simuler une forte activité d’échanges autour de l’actif en question. Grâce à la multiplication de ces transactions, la valeur de l’actif monte ; mais il faudra toutefois qu’elle reste supérieure à celle des frais de transactions appliqués sur les différents échanges. Lorsque ce n’est pas le cas, la pratique engendre des pertes.

Grâce au relatif anonymat permis par les échanges sur le marché des cryptoactifs, le wash trading prospère. Certes, en théorie, tous les échanges sont tracés sur les blockchains, notamment grâce aux smart contracts. Mais en pratique, le procédé pour authentifier les adresses est long, et la plupart des personnes impliquées dans des transactions en ligne ne s’y plient pas. Par ailleurs, les jetons non fongibles n’étant pas considérés comme des titres, ils ne sont pas soumis aux mêmes règlementations financières que celles qui s’appliquent aux actions.

Wash trading : 8,9 millions de dollars de bénéfices engrangés en 2021

Chainalysis, une plateforme spécialisée dans l’analyse de data sur les différentes blockchains, vient de publier un rapport alarmant. L’année 2021 a vu les échanges en cryptomonnaies exploser : 44,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros) ont été échangés contre des NFT sur les différentes blockchains. Sur ces 4,2 milliards, Chainalysis signale que les bénéfices engrangés grâce à la pratique frauduleuse du wash trading atteignent 8,9 millions de dollars (7,8 millions d’euros). Les pertes associées à cette pratique ne sont estimées qu’à près de 420 000 dollars (370 000 euros). On pourrait en conclure que ce n'est pas si important que cela. Mais d’après Chainalysis, cette pratique a connu une hausse très importante au troisième trimestre 2021, et s’est poursuivie sur la fin de l’année.

Le phénomène a été rendu public en mars 2021, lorsque la plateforme Coinbase s’est vue infliger une amende de 6,5 millions de dollars par une instance de régulation américaine pour avoir fermé les yeux sur l’existence d’algorithmes de trading automatique, destinés à alimenter la pratique wash trading. Un peu plus tard, en novembre 2021, le média tech Bloomberg épinglait ainsi le cas du CryptoPunk #9998. « Vendu » un demi-million de dollars (532 millions très exactement, soit 468 millions d’euros), le personnage pixelisé n’avait en fait transité qu’entre deux adresses appartenant à la même personne, via la blockchain Ethereum et grâce à un prêt de type flash loan réalisé sur cette même blockchain.

Wash trading, contrefaçons de NFT, blanchiment d’argent… L’économie du Web3 est encore très largement un Far West dérégulé, dans lequel les pratiques délictueuses jouent du coude-à-coude avec les valeurs émancipatrices portées par certains acteurs et actrices.

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    Nastasia merci pour cette article mais il faudrait penser à vous relire 🙂
    - 44,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros) -> 4.2 milliards
    - « Vendu » un demi-million de dollars (532 millions -> un demi-milliard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.