Captyre GTA5 avec homme au sol

Réalité virtuelle : et si mourir dans un jeu vidéo vous tuait dans la vraie vie ?

© Rockstar Games / GTA5

Le fondateur d'Oculus a révélé plancher sur un casque de réalité virtuelle qui vous tuera si vous mourez lors d'une partie de jeu vidéo.

Bienvenue dans le futur. Palmer Luckey, le fondateur et créateur d'Oculus et Meta Quest, a annoncé sur son blog travailler sur un nouveau casque de réalité virtuelle. Ce dernier détruira littéralement votre cerveau lorsque votre personnage mourra dans le jeu vidéo dans lequel le casque vous aura immergé en tant que joueur. Bonne partie !

Un casque VR capable de tuer son porteur

Le nouveau casque développé par Palmer Luckey utiliserait trois charges explosives intégrées, plantées au-dessus du front qui pourraient « détruire instantanément le cerveau de l'utilisateur ». L'explosion mortelle serait déclenchée via « un capteur photo à bande étroite qui peut détecter lorsque l'écran clignote en rouge à une fréquence spécifique », écrit Palmer Luckey. Game Over

Le fondateur d'Oculus a indiqué que son casque mortel serait « à ce stade… juste une œuvre d'art de bureau, un rappel stimulant des voies inexplorées dans la conception de jeux. » Il a ajouté : « l'idée de lier votre vie réelle à votre avatar virtuel m'a toujours fasciné – vous augmentez instantanément les enjeux au maximum et forcez les gens à repenser fondamentalement la façon dont ils interagissent avec le monde virtuel et les joueurs à l'intérieur. »

Casque imaginé par Palmer Luckey

Un fantasme de fantasy et de science-fiction

Palmer Luckey lie sa fascination à Sword Art Online (SAO), une série de romans et d'animés japonais. Dans cette fiction, le 6 novembre 2022 (date de publication de l'article de blog de Palmer Luckey) marque le jour où des milliers de joueurs SAO sont piégés dans leurs casques NerveGear et menacés de mort via un générateur de micro-ondes s'ils meurent dans le jeu (ou s'ils essaient de retirer ou de trafiquer le casque). L'animé Sword Art Online venait juste d'être diffusé lorsque le premier kit de développement Oculus Rift a été lancé en 2012. Palmer Luckey indique, qu'à l'époque des milliers de fans l'auraient contacté pour lui demander quand il rendrait réel le casque NerveGear...

© Sword Art Online

Plus que des graphismes réalistes, Luckey indique que selon lui « seule la menace de conséquences graves peut donner l'impression qu'un jeu est réel ». Un concept qui a déjà été testé mais dans une moindre mesure que celle proposée par le fondateur d'Oculus. En 2001, l'installation artistique PainStation menaçait les joueurs qui perdaient une partie de Pong avec « des sensations telles que la chaleur, des coups de poing et des électrochocs de durée variable ». La même année, le « Tekken Torture Tournament » avait organisé une compétition de jeux de combat dans laquelle 32 participants volontaires avaient reçu des décharges électriques « tonifiantes mais non létales » en correspondance avec les blessures subies par leurs avatars à l'écran. »

© Tekken Torture Tournament

Bien sûr, Palmer Luckey n'a pas essayé le casque sur lui-même et a indiqué travailler à la résolution de certains problèmes : « Cela n’a rien d’un système parfait, bien sûr. J’ai aussi des idées pour implémenter un mécanisme contre la triche qui rendrait le casque impossible à retirer ou à détruire. Mais évidemment il y a de nombreux risques de bugs qui pourraient se dérouler et tuer l’utilisateur au mauvais moment. C’est pourquoi je n’ai pas encore eu le courage d’utiliser le casque moi-même, et que je suis également convaincu que, comme dans SAO, le vrai déclenchement final devrait être déterminé par un agent hautement intelligent. »

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.