Drapeau tricolore

« Fait en France » : attention au french washing

© silentstock639

Après le greenwashing, le french washing. Le principe ? Faire passer pour du made in France des produits fabriqués à l’étranger. Comment éviter les pièges de ces arnaques qui capitalisent sur notre appétence pour consommation locale ?

Gage de qualité pour certains ou signe de soutien à la production et à l'emploi local pour d'autres, le made in France attire les consommateurs. Selon une étude Opinionway (mars 2022), ils seraient 58 % à placer le critère « Fabriqué en France » comme prioritaire dans leurs actes d'achats. Un business juteux qui attise les convoitises. Bien décidées à profiter de cette tendance, de nombreuses marques opportunistes n'hésitent pas à en détourner les codes pour créer la confusion et in fine tromper les consommateurs. Mais comment reconnaître un vrai produit made in France ?

Qu'est-ce qu'un produit made in France ?

La mention « made in France » ou « fabriqué en France », qui atteste de l'origine française d'un produit, est une indication facultative que les entreprises peuvent choisir ou non d'apposer sur leurs marchandises. Cette indication s'applique aussi bien à des produits fabriqués entièrement en France qu'à des produits partiellement fabriqués dans l'hexagone. Cela permet par exemple, à un pantalon fait à partir de coton cultivé en Inde, teint en Chine et assemblé en France d’être vendu sous la mention « fabriqué en France ».

Fruit d'une démarche volontaire (à l'exception de certains produits alimentaires ou cosmétiques pour lesquels le marquage est obligatoire), le recours à la mention n'en reste pas moins juridiquement encadré par la réglementation européenne sur l’origine non préférentielle et le Code des Douanes. Alors, où est le problème ? On en relève principalement deux. Premièrement, aucune démarche n'est nécessaire. Chaque entreprise peut apposer la mention directement et librement sur ses produits ou ses outils de communication. Toutefois, les entreprises y ayant recours se doivent d'être en mesure de le justifier en cas de contrôle. Deuxième problème : le manque de contrôle. La raison est simple : le marquage étant réglementé par les services de douanes, les contrôles concernent principalement les flux internationaux. La probabilité de se faire contrôler par la DGE ou les services douaniers pour une entreprise basée en France, vendant dans l'hexagone, est donc faible.

Le « french washing » pour tromper les consommateurs

Mais pour « duper » le consommateur, il n'est pas nécessaire d'enfreindre la loi. Il est également possible de créer une confusion. Comment ? La section « Les alternatives à la mention made in France » du site Shopify nous donne quelques pistes : « Vous ne respectez pas les critères du made in France ? Il existe des alternatives pour mettre en valeur votre ancrage français, comme le label Origine France Garantie qui prend en compte d’autres critères. Vous pouvez également opter pour une allégation marketing comme « design français », « conçu en France » ou « assemblé en France » pour valoriser une partie du processus de fabrication. Enfin, il est possible de refléter votre identité française dans votre branding. » CQFD.

Comment repérer les arnaques au « french washing » ?

Au drapeau tricolore tu ne te fieras point ! Si la touche « bleu blanc rouge » permet d'associer naturellement un produit à la France, ces couleurs ne garantissent en rien une provenance Française. Ne vous fiez pas non plus aux terminologies trompeuses telle que : « conçu », « dessiné » ou encore « imaginé » qui ne sont bien souvent rien de plus que de simples arguments marketing. Pas plus qu'aux expressions « entreprise familiale » ou « maison française » qui ne recouvrent souvent pas grand-chose. En effet, avoir des locaux situés en France est une chose, ne pas délocaliser la fabrication de ses produits en est une autre. Enfin, méfiez-vous des mentions géographiques telles que « Paris » ou « France » puisque leur inclusion dans le nom de sa marque est une pratique autorisée.

Comment éviter le piège du « french washing » ?

Le plus sûr reste encore de lire l'intégralité de l'étiquette. Pour les vêtements, dirigez-vous vers celle qui mentionne le pays de fabrication du produit. Notons depuis début 2023, la loi AGEC impose aux acteurs de l’industrie textile générant un chiffre d’affaires de plus de 50 millions la traçabilité géographique des étapes principales de fabrication des vêtements (tissage, teinture, assemblage/finition) sous forme de fiche produit dématérialisée accessible au moment de l’achat.

Autre critère de fiabilité : les labels. « Origine France Garantie », « Entreprise du Patrimoine Vivant » ou « France Terre Textile » sont tous attribués sous condition du respect de certains critères autour de la provenance des matières et des procédés de fabrication, sur la base de contrôles réguliers. N'hésitez pas donc à consulter le site des labels ou celui de la FIMIF (Fédération Indépendante du Made in France) qui fournissent la liste de leurs adhérents.

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    vous avez oublié le site du made in france

Laisser un commentaire