Main avec un drapeau LGBTQ au centre

Étude : 5 % des jeunes américains sont transgenres ou non-binaires

© Sharon McCutcheon - Unsplash

Une enquête du Pew Research Center révèle qu’un peu plus de 5 % des Américains âgés de 18 à 29 ans se déclarent transgenres ou non-binaires.

Alors que de nombreuses célébrités n'hésitent plus à aborder ouvertement le sujet et que diverses marques misent sur une communication (parfois très opportuniste) mettant la diversité à l'honneur, les personnes transgenres et non-binaires gagnent (doucement) en visibilité. Du 16 au 22 mai 2022, le Pew Research Center (un think tank américain) a interrogé plus de 10 000 personnes sur le sujet et publié ses résultats dans une enquête baptisée : « Les expériences, les défis et les espoirs des adultes américains transgenres et non-binaires » . Décryptage.

États-Unis : 5 % de la génération Z se dit transgenre ou non-binaire

L'enquête du Pew Research Center révèle que 1,6 % des adultes américains se déclarent transgenres ou non-binaires. Toutefois selon l'étude, les adultes de moins de 30 ans sont plus susceptibles que les autres de s'affirmer trans ou non-binaires. En effet, chez les 18-29, se sont 5,1 % des adultes interrogés qui se sont déclarés trans ou non-binaires : 2,0 % d'entre eux se considèrent comme transgenres, et 3,0 % comme non-binaires. Dans cette tranche d'âge là, la proportion d'adultes américains transgenres est particulièrement élevée chez les adultes de moins de 25 ans où 3,1 % se déclarent être un homme ou une femme trans, contre seulement 0,5 % des 25 à 29 ans.

Une meilleure visibilité des personnes transgenres et non-binaires

L’enquête révèle également qu'une proportion croissante d'adultes connaît une personne transgenre (amis, collègues ou membres de la famille). Ainsi, 44 % des personnes interrogées connaissaient personnellement une personne transgenre (contre 37 % en 2017) et un enquêté sur cinq une personne non-binaire. Plus précisément, environ la moitié des adultes de moins de 49 ans déclarent connaître une personne trans, proportion qui passe à un tiers de la population chez les 65 ans et plus.

Des chiffres qui restent à relativiser

Ces chiffres sur la visibilité des personnes transgenres et non-binaires sont toutefois à relativiser. Si d'un côté le fait de normaliser la transidentité permet aux personnes trans et non-binaires une meilleure acceptation, Florence Ashley et Celeste Trianon, militantes des droits des personnes transgenres, mettent en garde contre le retour de bâton. « L’augmentation de la visibilité des personnes transgenres contribue à une certaine polarisation et à une montée de la transphobie de plus en plus ouverte » , indiquaient-elles dans une interview au journal Metro.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.