Personnage virtuel à la peau bleue de Star Atlas

Tendance crypto-gaming : cinq jeux vidéo qui démocratisent les cryptomonnaies

L'alliance des crypto et du gaming donne naissance à toute une génération de jeux dits play-to-earn. Et ils permettent à des joueurs lambda de s'acculturer aux cryptomonnaies.

Axie Infinity, le Pokémon à la sauce crypto qui fait un tabac aux Philippines

Sur Axie Infinity, on élève, collectionne et prépare au combat de petits monstres joufflus et colorés. Le principe ressemble à celui des Pokémons. Sauf que sur ce jeu vietnamien lancé en 2019, tout se monnaye. Les petits monstres, appelés Axies, s’achètent et se revendent entre joueurs. Chaque Axie est un NFT, un jeton non fongible basé sur une blockchain attestant de l’authenticité d’un objet numérique. Pour commencer à affronter d’autres joueurs il faut posséder au moins trois monstres. Leur prix varie entre 200 dollars et 130 000 dollars pour le plus cher jamais vendu. Les transactions se font via la cryptomonnaie du jeu : le Axie Infinity Shards (AXS). Ces jetons peuvent être ensuite convertis en dollars et autres monnaies « réelles » . 

Les dernières créatures vendues sur le jeu Axie Infintiy

La valeur du AXS a fait un bon de 2 100 % en juillet dernier pour atteindre la capitalisation de 7,5 milliards de dollars en octobre, rapporte Quartz. Le jeu qui compte plus de 2 millions de joueurs est particulièrement populaire dans les pays émergents. Aux Philippines et au Venezuela, jouer à Axie est devenu un travail à plein temps, explique le média Rest of World. Ils parviennent à gagner environ 2 000 dollars par mois en tradant de petits monstres une heure par jour. « Axie paie mieux qu’un travail normal, et c’est plus sûr de rester chez soi » , explique un joueur philippin à Rest of World. 

Sorare, le panini revisité pour les amateurs de foot

Qui aurait cru qu’un jeu de panini virtuel soit la nouvelle coqueluche de la French Tech ? Mais à y regarder de plus près, ce n’est pas si surprenant. Sorare combine plusieurs tendances du moment : la démocratisation de l’investissement, les NFT et les paris sportifs. Sur ce jeu dit de fantasy football, on peut collectionner, acheter et revendre des vignettes virtuelles en éditions limitées à l’effigie de joueurs de foot. De quoi constituer des équipes virtuelles et participer à différents championnats. Les cartes se vendent sous forme de NFT (oui, encore) et souvent en Ether (mais les euros sont aussi acceptés). Leur prix peut atteindre plus de 200 000 euros pour les plus rares. Le concept a déjà séduit plus de 500 000 joueurs et a généré plus de 150 millions d’euros de transactions depuis janvier 2021. 

Visionrare, la gamification de l’investissement à son paroxysme pour la startup nation

C’est l’histoire très courte d’une appli qui a voulu pousser le principe du jeu-investissement très loin. Visionrare, lancée aux États-Unis en version beta le 6 octobre, est un jeu dans lequel vous vous muez en VC à la recherche des startups les plus prometteuses. Le but est d’acheter de fausses actions (sous la forme de NFT toujours) de vraies startups. Concrètement si vous décidez de miser sur la licorne française Alan, et que ses performances réelles (calculées par les créateurs du jeu selon certains critères comme les levées de fonds et articles de presse) sont bonnes, alors votre « fausse action » prend de la valeur. C’est un peu le même principe que Sorare, mais avec de jeunes pousses. 

Le problème c’est que la légalité de la chose est assez floue. De plus, la plupart des startups répertoriées par l’application n’ont pas été averties. Un jour après le lancement, les créateurs ont été contraints de fermer le jeu, rapporte Tech Crunch. Il reviendra, promettent-ils, sous forme complètement gratuite d’ici quelques jours. Mais les fondateurs ne désespèrent pas de réintroduire de l’investissement à terme. 

Proxi, des souvenirs sous forme de NFT pour les amateurs d'expériences psycho-sociales

Le but de ce nouveau jeu créé par l’inventeur des Sims est de se découvrir soi-même. Comment ? En créant des scènes inspirées de ses propres souvenirs à l’aide d’éléments visuels et audio mis à disposition dans le jeu. Chaque souvenir est encapsulé dans une boule à neige. Leur succession forme une sorte de monde propre à chaque joueur et un avatar personnalisé (un Proxi). Les souvenirs comme les éléments du jeu – que les utilisateurs peuvent créer eux-mêmes – s'achètent et se vendent sous forme de NFT à d’autres joueurs. Les échanges se feront via la monnaie virtuelle du jeu : le Gallium. Mais celle-ci ne sera a priori pas échangeable contre des euros ou des dollars…  

Star Atlas, le métavers crypto pour comprendre à quoi va ressembler le futur

Ce jeu n’est pas encore sorti, mais il fait parler de lui depuis plusieurs mois dans la sphère crypto. En particulier depuis le 6 octobre, date de la sortie de sa bande-annonce. À la différence des autres jeux évoqués plus haut, Star Atlas propose un graphisme très léché et un gameplay complexe. Le jeu auto-qualifié de « futur de la réalité » est un métavers (ces univers virtuels popularisés par le phénomène Roblox). Star Atlas se déroule dans l’espace et le but est d’obtenir des ressources, des territoires puis de prendre le pouvoir sur les autres joueurs. La plupart des éléments de ce jeu basé sur la blockchain Solana sont sous forme de (vous l’avez deviné) NFT et pourront donc se vendre et s’acheter entre joueurs.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.