habillage
premium1
premium1
Homme devant hologramme géant de son collègue pendant une visio-conférence
© ALLVISIONN via Getty Images

Grève des transports : 5 tech qui promettent d'améliorer le télétravail

Le 9 déc. 2019

Les Français non-grévistes qui optent pour le télétravail peuvent compter sur l’industrie tech et ses mille solutions (plus ou moins utiles) pour les aider à rester efficaces et connectés à distance. Slack et Skype ne suffisent plus au télétravailleur moderne.

Un hologramme de réunion

Jean-Luc Mélenchon n’a pas le monopole de l’hologramme. Vous pourrez aussi bientôt avoir le votre pour assister aux réunions depuis chez vous. La technologie franco-belge de Mimesys (rachetée en mai 2019 par l'américain Magic Leap) permet à chaque intervenant d’apparaître sous la forme d’un hologramme réaliste. Il faut pour cela être équipé d’un casque de réalité virtuelle ou augmentée. Cette technologie n’est pas franchement utile pour une simple réunion de bureau (une visioconférence ou un appel peut faire l’affaire) mais peut permettre à des designers ou des ingénieurs de collaborer sur un même plan 3D à distance par exemple. Microsoft planche aussi sur ce sujet avec son système Holoportation. Bonus : le double de vous-même version Microsoft est aussi capable de parler dans une autre langue avec votre voix et vos intonations. 

Votre tête sur des roulettes

Vous rêvez d’avoir un double robotique pour aller au bureau à votre place ? C’est possible grâce à la start-up californienne Double Robotics. Certes son allure est rudimentaire : deux roulettes, une barre verticale et un écran, qui retransmet votre voix et image. Mais il vous permet d’assister aux réunions, vous déplacer d’une salle à l’autre, suivre une formation, lire des documents, passer un entretien… Le tout en pilotant le robot à distance. L’engin est doté de capteurs pour lui permettre de mieux appréhender son environnement et de caméras et de micros pour permettre à la personne qui le pilote de tout voir et entendre. La jeune pousse, qui a récemment mis au point une nouvelle version de son équipement, compte parmi ses clients Reddit et LinkedIn.

Des bots en veux-tu en voilà

Avec la distance, vous vous sentez reclus et ne savez plus trop comment vous adresser à vos collègues. Des développeurs concoctent des chatbots Slack pour vous aider à renouer les liens. On trouve notamment Praisely qui vous incite à féliciter vos confrères et consoeurs, Humblebot vous aide à être une meilleure personne via des messages inspirants, Birthday Bot vous rappelle les dates d’anniversaires, ou encore GameMonk qui organise de petits jeux sur les chaînes de conversations de la messagerie instantanée. 

Un nouveau collègue pour vous épier

Le regard inquisiteur de votre collègue Jean-Mi vous manque ? Impossible de vous concentrer sans lui ? Pas de panique il est possible de se trouver un nouveau Jean-Mi à distance. La plateforme Focusmate, sorte de chatroulette corporate, permet de se connecter à un parfait inconnu qui, comme vous, a une tâche à effectuer dans un temps imparti. Chacun active sa webcam pour pouvoir veiller sur l’autre et c’est parti. L’objectif serait de créer un sentiment de solidarité pour rendre le travail plus agréable.

Un bouton pour se concentrer

Autre solution pour rester « focus » : le bouton Saent, qui bloque toutes les sources de distraction numérique, auxquelles on résiste moins facilement lorsqu’on travaille depuis chez soi. Le principe est simple : appuyer sur Saent permet de désactiver les notifications des réseaux sociaux et applis qui peuvent potentiellement vous distraire (à vous de les paramétrer) pendant un laps de temps donné. Une fois la session terminée, l’application Saent vous envoie une alerte pour vous suggérer de prendre une pause. Pour être plus productif, on peut aussi opter pour des solutions plus simples (et moins chères) comme ranger son bureau et mettre son téléphone dans une autre pièce, comme le suggère Fast Company, ou écouter un certain type de musique

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.