pouce en l'air d'une femme sur fond jaune

Trois startups qui se rendent utiles pendant la crise du Covid-19

© grinvalds par Getty Images

Que fait la startup Nation au temps du Coronavirus ? Comme tout le monde : elle calcule sa "tréso". Mais ça n'empêche pas les initiatives remarquables de voir le jour.

Conspiracy Watch, pour détecter les théories du complot inspirées par le coronavirus

Devinez qui se propage plus vite que le Covid-19 ? Les fake news sur le Covid-19.

Et la chose est apparue bien avant les mesures de confinement. Dans son bulletin quotidien du dimanche 2 février 2020, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’inquiétait déjà d’une  « infodémie massive »  susceptible d’entraver les efforts mis en œuvre pour lutter contre le Covid-19.

Au moyen d’une Google Map, le site Conspiracy Watch s’est donc attaché à cartographier le plus précisément possible les déclarations, commentaires, et spéculations diverses à caractère complotiste qui se sont manifestées depuis le début de la pandémie de coronavirus. L’initiative est louable, et permet aussi de faire une incursion dans la créativité toujours renouvelée de nos pulsions conspirationnistes. Auteurs en quête d’inspiration, faites vous plaisir, et tous les autres, tremblez !  Sur la carte des théories du complot sur le coronavirus de Conspiracy Watch, on apprend en vrac que pour soigner le Covid-19, le jeûne est LA solution, que Bill Gates admet que les vaccins sont faits pour assurer la dépopulation, que les gouvernements ont inventé la mortalité du Covid-19 pour tenir enfermées les populations chez elles, et cetera, et cetera... on en passe et des meilleures.

Coorpacademy, pour former les soignants à la prise en charge du Covid-19

La plateforme d’enseignement en ligne Coorpacademy a noué un partenariat avec l'Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, ses universités partenaires, avec le soutien de l'Agence Régionale de Santé d'Ile de France. Ensemble, elles ont créé pour les soignants un site de formation en ligne pour leur apprendre à assurer la prise en charge des patients présentant spécifiquement une atteinte respiratoire grave liée au Covid-19

Plusieurs parcours sont déjà disponibles : le B.A-BA de la ventilation, le Covid-19 en réanimation, la prise en charge des patients Covid-19, les recommandations en hygiène... tandis que d’autres seront ouverts dans les prochains jours. Disponible depuis le 21 mars 2020, la plateforme compte déjà plus de 20 000 utilisateurs AP-HP et hors AP-HP. Elle est également consultée à l’étranger et notamment en Tunisie, Algérie et Belgique.

Geo4cast, géolocaliser l’application des mesures de confinement

En temps normal, le métier de Geo4cast consiste à fournir aux villes, aux entreprises de transport et aux commerçants des outils de géo-analyses. Pour quoi faire ? Pour les aider à comprendre comment gens se déplacent. Où ils vont, quand ils y vont, et combien de fois... en temps réel, ou en cumul de durée. En ce début de quatrième semaine de confinement, la startup s’est particulièrement distinguée en proposant au Journal du Dimanche une cartographie des déplacements (anonymisés) des Français depuis le début du confinement.

Quand ils ne sont pas confinés, les Français effectuent en moyenne 24 déplacements par semaine. Un chiffre qui est tombé à 8 le 19 mars, soit deux jours après l'entrée en vigueur des règles de confinement, mais qui est remonté aux alentours de 11-12, lors de la troisième semaine de confinement. En clair, la quarantaine craque un peu : les Français ont certes effectué moitié moins de déplacements qu'à l'accoutumée, mais tout de même 50 % de plus qu'au début du confinement.

La startup met également à disposition deux autres cartes concernant l'épidémie de coronavirus en France : l'une permettrait de suivre l'avancée du Covid-19 sur l'ensemble du territoire, la seconde montrerait en temps réel le taux d'occupation des lits de réanimation en France. Pratique ? Oui. Mais l'initiative zélée de Geo4cast ne doit pas nous épargner de la mise au débat de ce qu'elle induit. Jusqu'où doit-on laisser la tech observer les citoyens ?  

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.