premium2
Un homme déguisé en clown à l'air triste sur un canapé jaune
© mediaphotos via Getty Images

En 2021, les entreprises arrêtent d’essayer d’être drôles pour le 1er avril (enfin pas toutes)

Le 1 avr. 2021

Faire un poisson d’avril (plus ou moins réussi) est une tradition chez certaines entreprises. Mais en 2021, Google, Tinder et d’autres se sont abstenues. Volkswagen s'est lancée, mais ce n'est pas une réussite. 

Pour la seconde année consécutive, Google a décidé de ne pas faire de blague pour le 1er avril. L’entreprise était pourtant spécialiste en la matière depuis 2000. Ces dernières années, des dizaines de fausses applications assez élaborées et autres amusements cachés dans ses services faisaient leur apparition. En 2019, l’entreprise a par exemple présenté une solution pour communiquer avec les tulipes via l’assistant vocal Google. En 2018, il était possible de jouer à « Où est Charlie ? » sur Google Maps. Et pour retrouver une liste plus exhaustive, Wikipedia tient un registre très détaillé.

Pas le temps de rire en période de pandémie ?

Mais en 2020, la firme de Mountain View a préféré abandonner sa tradition « par respect pour tous ceux qui luttent contre la pandémie de Covid-19. (...) Gardons les blagues pour avril prochain, qui sera sans aucun doute bien meilleur que celui-ci. » Eh non, c’est encore râpé pour cette année. Google a de nouveau annoncé dans un mail interne obtenu par Business Insider que l’heure n’était toujours pas à la rigolade.

D’autres entreprises du secteur ont, elles aussi, préféré s’abstenir cette année, sans forcément communiquer sur le sujet. À l’instar de Tinder, qui avait lancé un « vérificateur de taille » en 2019 et de Spotify qui avait ajouté des morceaux disco à la liste « Discover Weekly » de chaque utilisateur la même année, ou encore de Huawei, qui en 2020 imaginait un collier pour traduire le langage des chiens. En 2021, rien n'apparaît sur leurs blog ou réseaux sociaux. 

« Voltswagen » aurait peut-être mieux fait de suivre l'exemple…

Certaines marques ont quand même tenté le coup et elles n’auraient peut-être pas dû. Mardi 30 mars, Volkswagen a annoncé rebaptiser sa filiale américaine « Voltswagen of America ». Volt pour son virage vers l’électrique donc. Non, ce n’est pas drôle et en plus certains médias et analystes y ont vraiment cru (le constructeur avait envoyé un communiqué officiel et changé son nom Twitter). « Non, Volkswagen ne devient pas Voltswagen », a été obligé de titrer mercredi 31 mars le Wall Street Journal.

Elon Musk a de son côté annoncé que SpaceX enverrait un Doge Coin (une cryptomonnaie qu’il avait précédemment plébiscitée) sur la Lune. Mais ça pourrait très bien être une intention sincère.

 

Marine Protais - Le 1 avr. 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.