Le chiffre 3 en vert sur fond noir

Près de 3 milliards de personnes ne sont jamais allées sur Internet

Le tout numérique exclut encore 37 % de la population mondiale selon l’ONU. 

« Avec le Covid, tout le monde est passé au numérique », aime-t-on répéter depuis plusieurs mois. Tout le monde ? Pas vraiment. Selon l’ONU, près de 3 milliards de personnes (2,9 milliards pour être précis) dans le monde ne sont jamais allées sur internet, soit 37 % de la population mondiale. 96 % d’entre elles se trouvent dans les pays en développement. 

Certes, le nombre de connexions, poussé par la zoomification du travail et de l’école, a connu sa plus forte progression depuis 10 ans, constate un rapport de l'Union internationale des télécommunications (UIT). Le nombre d’individus connectés à internet est passé de 4,1 milliards à 4,9 milliards entre 2019 et 2020. Mais cette accélération est inégale car pour les plus pauvres, Internet reste inaccessible. Dans les 46 pays les moins développés, les trois quarts des personnes n’y ont toujours pas accès. 

Les femmes et les personnes âgées sont les moins connectées

Parmi les profils les moins connectés, on trouve les personnes âgées, les femmes et les personnes vivant dans des zones rurales. La pauvreté, mais aussi l'illettrisme et le manque de compétences numériques, continuent d'ostraciser une partie de la population, observe l’UIT.

Notons que dans les pays développés comme la France, une fracture numérique persiste également. Encore 16,5 % des Français sont en situation d’illectronisme (les 15-29 ans représentent 3 % de ce pourcentage) selon l’INSEE. En 2019, toujours dans l’Hexagone, une personne sur six n’avait pas utilisé Internet au cours de l’année.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    Ce serait génial, si vous pensiez à citer vos sources. Ces questions sont essentielles en effet, mais nous devons pouvoir les vérifier. Grand merci !

  2. Anonyme dit :

    ce qui m'intéresserait serait de mesurer ceux qui n'y vont plus volontairement, ceux qui se désabonnent des gros mastodontes type fb, twitter, insta etc des applis dites essentielles ... ceux qui n'y vont plus que parce que le boulot l'exige...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.