qui sont les gourous du wellness ?

Gourous du wellness : elles ont bâti des empires en vendant des jus detox

À la fois pionnières et gourous, elles ont créé des business d'envergure en vendant des jus et des compléments alimentaires. Portraits des gourous du bien-être qui ont inspiré une nouvelle génération de marques.

Belles, riches, célèbres, elles ont bâti des empires en faisant de leur mode de vie des marques fortes, capables d’inspirer de quasi-cultes auprès de leurs communautés. À la fois entrepreneuses et influenceuses, elles ont su capitaliser sur leur image et leur nombre de followers pour vendre jus détox, crèmes de beauté, compléments alimentaires ou capsules de café. Elles ont fait de la sororité un argument marketing et des médecines non conventionnelles des leviers de business. Surtout, elles ont réussi à associer la notion de self care (le soin de soi-même) à celle d'une consommation sans cesse renouvelée. Car les gourous du wellness sont avant tout des femmes d'affaires accomplies qui ont compris que le désenchantement fait vendre.

Gwyneth Paltrow, la mère supérieure

Star hollywoodienne et actrice oscarisée, Gwyneth Paltrow est la tête d'affiche des célébrités ayant su faire de leur nom des empires du bien-être. Lancée en 2008, sa marque Goop est l’une des premières à faire la promotion du self care, notamment grâce à la newsletter qui distille les conseils de l’actrice pour mieux manger et prendre soin de soi. Goop est le prolongement commercial de l’actrice. La marque vend Gwyneth et son mode de vie auprès d’une cible urbaine et aisée. Auprès de sa communauté, elle joue habilement de son image bohème de femme-fleur au teint diaphane, perfusée au jus détox et soucieuse de promouvoir une alimentation saine. Jusqu’à faire oublier qu’elle est aussi multimillionnaire et l’incarnation d’une certaine élite WASP. Malgré les railleries autour de certains produits, comme la bougie 'This Smell Like My Vagina' (cette bougie sent comme mon vagin, ndlr) vendue... 75$, et les accusations liées au caractère pseudoscientifique des produits, le succès commercial de la marque ne se dément pas. En 2018, Goop était valorisée 250 millions de dollars. L'empire GP se décline aussi en série Netflix. Mais, depuis la diffusion, son bras droit Elise Loehnen a claqué la porte en dénonçant une « culture du bien-être toxique. »

Amanda Rogrove, la pythie des adaptogènes

Amanda Rogrove, née Amanda Chantal Beacon, a lancé Moonjuice en 2011, à Los Angeles. Âgée de 38 ans, elle est pour beaucoup un modèle qui coche toutes les cases de la féminité « aspirationnelle » : entrepreneuse à succès, mère radieuse de deux enfants et compagne de Grégory Rogrove, musicien qui officie notamment pour le chanteur folk Devendra Banhart. Pour l’anecdote, le gâteau de mariage du couple Rogrove a été fabriqué à partir du produit star de la marque, la Sex Dust (poussière sexuelle, ndlr), un mélange d’herbes supposément aphrodisiaques qui promet de secouer la libido. Amanda Rogrove incarne à elle seule le zeitgeist de la côte californienne, un savant mélange de cool nonchalant et de luxe discret qui se transpose dans un mode de vie résolument healthy. Son originalité ? Avoir insufflé à cet archétype une bonne dose de spiritualité ainsi que des touches de chamanisme. Amanda Rogrove est la pythie de la poudre de lune mais elle a bâti le succès de sa marque en commençant par des jus détox. Le succès de sa marque Moonjuice, qui vend de l’amélioration physique autant que de l’élévation spirituelle, l’a propulsée comme l’une des têtes d’affiche du secteur bien-être, un marché mondial qui pèse déjà 3000 milliards de dollars. Mais son succès lui vaut des critiques, parfois acerbes. On accuse notamment Moonjuice de ne pas respecter ses employés et d'avoir des pratiques en contradiction directe avec l'éthique promue par la marque, notamment en matière écologique. Un comble pour le chantre du self et du care.

Caroline Receveur, l’influenceuse-entrepreneuse

Superstar française de l’influence exilée à Dubaï, Caroline Receveur a su faire fructifier le capital sympathie acquis lors de son passage dans le programme de téléréalité Secret Story. Celle qui s’est fait connaître grâce à son physique, sa personnalité et sa capacité à agréger autour de son nom une communauté de fans très engagée est aujourd’hui une femme d’affaires redoutable. Après avoir lancé Wandertea, sa marque de thé « dédiée au bien-être du corps et de l’esprit », Osée, sa marque de beauté ou encore Recc, sa marque de prêt-à-porter, l’influenceuse-star continue de capitaliser sur son image et ses 4,9 millions d’abonné.es sur Instagram. Elle vient de lancer Cosmic Goddess, une marque de café « décalée, féminine et moderne » qui cible explicitement les femmes qui lui ressemblent : des girl bosses actives, connectées. L’univers de cette marque de café cosmique est à l’image de sa créatrice, il juxtapose féminité bling et design rétrofuturiste. On la dit adepte d’astrologie, fascinée par les cosmologies et les sagesses ancestrales. Pour ce qui est des affaires, Caroline Receveur garde les deux pieds sur terre. Sa nouvelle terre d’élection est connue pour avoir une fiscalité aussi légère que le soleil y est écrasant. Une aubaine pour celle qui incarne cette nouvelle génération d’influenceuses-entrepreneuses. Problème, certaines des sociétés-mères qui commercialisent les produits sont dans le collimateur du fisc français.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire