Une adolescente et un adolescent sur Zoom

Zoom dating : au lieu d'aller boire une bière, ils se rencontrent par écran interposé

© Rodnae / montage

Avant de prendre le risque d'enchainer un RER et deux métros, ils préfèrent vérifier en vidéo que s'accorder un premier rendez-vous dans un bar vaut le coup. La flemme ? Oui.

Après la pandémie, il y a ceux qui souffrent de Zoom fatigue et ne supportent plus de se plier aux réunions quotidiennes en ligne. Et il y a ceux qui se délectent du confort que procurent les écrans et programment leur premier rendez-vous en ligne. Finalement, de la même manière que l'on s'est mis à travailler de la maison, on se met à dater depuis son salon.

Rdv 22 h, ici : https://meet.google.com/get-rnm

Avant la pandémie, on échangeait quelques messages sur Tinder avant de se donner rendez-vous dans un bar tamisé. Mais quand se rencontrer IRL induit un risque de contamination, on y réfléchit à deux fois... Entre deux confinements, les célibataires désireux de faire des rencontres ont préféré s'auditionner en vidéo avant d'éventuellement prendre le risque de mélanger leurs miasmes. D'après un porte-parole de l'application de rencontres Hinge, plus de la moitié de leurs utilisateurs ont déjà pratiqué un match en vidéo (généralement via FaceTime) ; et selon une étude de 2021 du site Match.com, un célibataire sur quatre aurait succombé à l'appel des écrans cette année-là, contre seulement 6 % des utilisateurs dans un monde pré-Covid.

C'est ce que Gabi Conti, autrice et podcasteuse américaine qualifie de « pré-rendez-vous » . Depuis, certains ont fait perdurer la tendance. Les raisons invoquées : un sentiment de contrôle et la satisfaction d'un besoin d'efficience. Comme observe The Atlantic : « Si la sagesse populaire s'accordait autrefois à dire que l'amour frappe quand on s'y attend le moins, l'amour se produit désormais quand on s'y attend le plus, car les gens qui se rencontrent pour partager un dîner et un verre auront déjà passé plusieurs séries d'entretiens Zoom. » La fin de la spontanéité et de la prise de risque ? Un peu, oui.

Draguer en toute sécurité

Pour Apryl Williams, professeure adjointe à l'Université du Michigan, ce n'est pas forcément une mauvaise chose. La pratique permettrait selon elle à certaines minorités marginalisées de lutter contre la solitude et de sociabiliser sans se sentir en danger et en respectant toujours leur limite. « Faire la cour était autrefois une activité caractérisée par un contrôle strict ; elle se déroulait dans des espaces privés comme les maisons familiales et sous la surveillance parentale. Puis au tournant du siècle, alors que les jeunes déménageaient vers les villes et que les femmes commençaient à gagner un salaire et à sortir de la maison, les choses ont évolué » , souligne The Atlantic.

Comme l'explique Moira Weigel, autrice de Labor of Love: The Invention of Dating, la séduction s'est alors téléportée dans des espaces publics et ouverts comme les bars et les restaurants. Avec la pandémie, la tendance se re-inverserait. Pour l'autrice, la pratique procurerait une expérience « McDonaldisée » , c'est-à-dire, prévisible et normalisée. Car comme nous le savions déjà, c'est la recherche du confort qui prime désormais avant tout, et sur tout.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.