habillage
premium1
premium1
Des jambes qui sortent d'une machine à laver dans une laverie
© Nik MacMillan via Unsplash

Vous voulez sauver la planète ? Arrêtez de laver vos vêtements

Le 13 juin 2019

Ne pas laver ses vêtements, c’est la nouvelle tendance écolo. Un petit geste qui permet d’économiser des centaines de litres d’eau. Oui, ça a l’air crado. Mais heureusement des marques se lancent dans le business de vêtements à porter plusieurs jours de suite. Garanti sans odeurs.

Ce n'est un secret pour personne : l’industrie de la mode pollue. Beaucoup. C’est d’ailleurs la deuxième industrie la plus sale au monde derrière le pétrole. La production d’une seule paire de jeans engloutit entre 7 000 et 11 000 litres d’eau. Pour un t-shirt, c’est 2 700 litres d’eau en moyenne qui sont nécessaires. Pour ajouter au désastre, laver les vêtements synthétiques rejette plus de 500 000 tonnes de microfibres synthétiques dans nos océans. Avec l’avènement de la fast fashion, la mode n’est pas qu’une grosse consommatrice de ressources, c’est aussi une grosse productrice de déchets.

Mais ce n’est pas tout. Pendant leur cycle d’utilisation, nos habits consomment également beaucoup d’eau. Surtout lorsqu’on les lave alors qu’ils n’ont été portés qu’une seule fois. Résultat : même si vous faites vos cosmétiques maison (voire votre lessive), et que vous veillez à éteindre votre ordinateur en quittant le bureau, le nettoyage de vos petites culottes vous met dans le rouge. Le blanchiment et l’entretien comptent pour un quart de l’empreinte carbone d’un vêtement. Non négligeable.

Laver moins pour polluer moins

Le nouveau geste écolo pour faire du bien à la planète, c’est donc d’éviter de laver ses t-shirts après chaque utilisation. En gros, laver moins pour polluer moins. La logique est implacable. En plus, ça évite la corvée de la lessive. Plus besoin de s’échiner à lire les étiquettes incompréhensibles de chaque vêtement. Bref, c’est tout bénef’. Alors pourquoi on ne s’y met pas ?

Lavage minimaliste, gros freins psychologiques

Cette tendance minimaliste version pressing souffre de gros freins psychologiques. On a beau assister au retour en grâce des bactéries (les bonnes bactéries, pas de panique), notre conception de l’hygiène reste très formatée. Porter un vêtement, c’est le salir. Comme l’explique Elizabeth Segran dans FastCompany, pendant des décennies, les publicités des marques de lessive nous ont conditionnés à laver nos habits après un seul usage en nous vendant du « blanc plus blanc que blanc » et des lessives « parfum fraîcheur des îles ». Un lavage de cerveau qui nous pousse à nettoyer même quand ce n’est pas sale. À la maison, la machine à laver est donc responsable de 17% de notre consommation d’eau.

Des vêtements qui ne se salissent pas

Bien conscientes des freins psychologiques des consommateurs, des start-up engagées se lancent dans la conception d’éco-textiles qui n’ont pas besoin d’être lavés très souvent. Leur innovation principale : des matières naturellement anti-odeurs. Après avoir travaillé chez le géant Unilever – propriétaire notamment de Skip, Cajoline, OMO, Persil –, Mac Bishop a fondé Wool & Prince pour les hommes, et Wool& pour les femmes. Il explique que le problème n’est pas la sueur, qui est propre, mais son absorption par les textiles qui attire les bactéries et les mauvaises odeurs.

De son côté, Allbirds a choisi de supprimer le problème à la source. La marque de chaussures a créé des baskets qui peuvent être portées sans chaussettes – et sans avoir les pieds qui sentent.

Pour ceux qui ne sont pas convaincus, la start-up Unbound Merino propose des chaussettes à mettre plusieurs jours de suite. Ambitieuse, la marque vend aussi des sous-vêtements. Bon courage pour dépasser le blocage psychologique…

Pour ceux qui voudraient réduire leur usage de la machine à laver en douceur. La marque éco-responsable Love Home and Planet a créé une lessive en spray. Comme le shampoing sec pour les cheveux, elle permet de laver les vêtements à sec en les vaporisant. C’est déjà un premier pas pour réduire sa consommation d’eau.

POUR ALLER PLUS LOIN

> Éco-anxiété : quand le changement climatique nous envoie chez le psy

> Vous voulez changer le monde ? On a trouvé les meilleures applications pour vous aider !

« Childfree » : faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.