habillage
Des tables et des chaises d'un bistrot
© Sun young Cho via Getty Images

Coronavirus : comment les bistrots réagissent à leur fermeture express ?

Le 19 mars 2020

À l’annonce du confinement par le gouvernement français, les restaurateurs n’avaient que quelques heures pour se préparer à fermer leurs établissements. Entre la gestion des employés, l’annulation des commandes et le dépérissement des denrées… cette fermeture brutale les laissera, pour la plupart, en difficulté.

Afin de lutter contre l'épidémie de COVID-19 sur le territoire français, les établissements considérés comme non indispensables à la vie de la Nation n'accueilleront pas de public jusqu'au 15 avril 2020. Lundi 16 mars, bon nombre de restaurateurs se démenaient pour superviser la fermeture brutale de leurs bistrots dans une situation proche du temps de guerre. Le soir-même, le président Emmanuel Macron s’apprêtait à placer la France en confinement.

Des fermetures de restaurants dans la précipitation

« Nous savions qu'il y aurait probablement une fermeture, mais je ne pensais pas que les choses iraient si vite », déclarait Xavier Denamur dans les colonnes du New York Times. Pour ce propriétaire de cinq bistrots populaires dans le quartier du Marais comme tous les autres restaurateurs de France, il a fallu s'empresser de vider les réfrigérateurs, de ranger tables et chaises, et de prendre ses dispositions pour ses employés. Xavier Denamur parle « d’une situation catastrophique ». 

« Il aurait été plus intelligent de nous avertir plus tôt », a déclaré le restaurateur qui venait de faire des provisions de fromages, de viande et de légumes dont il a dû soudainement se débarrasser. Près de 20 000 euros d'aliments frais se seraient abîmés avant la fin du confinement.

Afin de réduire le gaspillage, M. Denamur a demandé à ses employés de venir lundi récupérer toute la nourriture qu'ils pouvaient. Les habitants du quartier ont aussi fait la queue pour récupérer les derniers fromages.

Possibilité de maintenir la vente à emporter

D’autres ont choisi de maintenir leur activité de vente à emporter. En effet, selon l’arrêté du 14 mars 2020 portant sur les diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19, les restaurants sont « autorisés à maintenir leurs activités de vente à emporter et de livraison ».

Les applications de livraison travaillent à la mise en place de mesures « sans contact » pour limiter les interactions et s'assurer que tout le monde soit protégé lors des interactions. Les livreurs pourront, par exemple, laisser le repas livré sur le pas de la porte du client.

De lourdes pertes pour le secteur de la restauration

La plupart des restaurateurs ont dû se débarrasser rapidement des stocks de denrées alimentaires périssables et mettre au chômage partiel leurs employés. De nombreux coûts impossibles à amortir. Certains en ont profité pour livrer une partie des aliments aux boulangeries encore ouvertes, pour ensuite distribuer le reste aux employés.

Emmanuel Macron déclarait qu'il ferait « tout ce qu'il faut pour soutenir les travailleurs et en particulier les petites et moyennes entreprises qui constituent l'épine dorsale de l'économie. Aucune entreprise française ne sera exposée au risque d'effondrement ». Il annonçait 300 milliards d'euros de garanties d'État pour les prêts aux entreprises, des exonérations fiscales et une suspension des loyers et des factures d'électricité pour les petites entreprises en difficulté.

En France, les bistrots constituent des lieux uniques de rencontre, de lien social et d’animation locale. Ils sont « les parlements du peuple et maintenant ils sont fermés, déclarait le restaurateur. Quand la crise sanitaire sera passée, la vie, et très probablement l'économie mondiale, ne seront plus les mêmes. Mais les bistrots seront toujours là. Nous rouvrirons un jour et nous survivrons ».

Anaïs Farrugia - Le 19 mars 2020
À lire aussi
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.