habillage
Des plantes vertes
© fotohunter vie GettyImages

Le marché des plantes d'intérieur, cette nouvelle bulle spéculative

Le 5 oct. 2020

C’est le moment de penser à arroser son zamioculcas et de rempoter son spathiphyllum.

On savait déjà qu’on pouvait gagner beaucoup d’argent en vendant des baskets sur Internet. Plus récemment, un t-shirt vintage Aladdin s’est arraché pour 6 000$ après des enchères sur Instagram. Désormais, il y a un nouveau type d’actif à surveiller : les plantes vertes.

Encore mieux que la Bourse

Plus que jamais pendant le confinement, on s'est rendu compte de l'importance des plantes vertes dans notre quotidien et surtout au sein de nos intérieurs. Sur Instagram, la Monstera Deliciosa pourrait même être qualifiée de « plante officielle des millennials ». Mais à la faveur de la pandémie de Covid-19, la tendance green prend une ampleur inédite. Et peut rapporter gros.

 « C’est mieux que la Bourse. J’ai acheté ces plantes quand elles valaient quelques dizaines d’euros. Aujourd’hui, elles se vendent à des prix à quatre chiffres », explique au Wall Street Journal Jerry Garcia, habitant de San Diego. L’ingénieur aéronautique de 27 ans raconte être assiégé de demandes d’amateurs de belles plantes. Il faut dire que Jerry fait dans la plante rare. Une spécialisation qui lui a permis de vendre deux petites boutures de Variegated Monstera Adansonii à 2 000$ pièce. Pas mal pour une plante en pot.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par House of Plant Lovers (HoPL) 🌿 (@houseofplantlovers) le

Pour l’amour du risque, et des Monstera

À Sacramento, Kaboo Bill a, elle aussi, flairé le bon filon. Confinée, la photographe de mariage a acheté quelques plantes pour verdir son quotidien avant de carrément se reconvertir en cultivatrice de plantes rares. Le Wall Street Journal raconte qu’elle a commencé par importer des variétés rares de Thaïlande et d’Indonésie pour 500$. Elle les a ensuite découpées pour les multiplier et a revendu le tout pour 3 fois plus. Une histoire de billets verts, mais aussi  d’amour du risque. En témoigne son dernier achat : 500$ pour un petit bourgeon d’une variété très recherchée. « J’ai pris le risque. Si la plante meurt, c’est 500$ de perdu. Mais si elle survit, je gagne 2 000$ ».

Arnaques, crimes et botanique… littéralement

Avec de telles sommes en jeu, les plantes vertes les plus rares attirent aussi les convoitises. Jerry Garcia a ainsi vu certains spécimens de sa serre disparaître. Grâce à une caméra de sécurité installée par ses soins, il a aperçu un homme armé qui s’enfuyait avec plusieurs milliers de dollars en plantes. D’autres collectionneurs et éleveurs de plantes rares racontent avoir été victimes de ces crimes verts.

La journaliste du Wall Street Journal fait évidemment le parallèle avec « la crise de la tulipe » au XVIIe siècle, considérée comme la première bulle spéculative de l’histoire. Comme toutes les bulles, celle des plantes d’intérieur est donc vouée à exploser. En attendant, on peut toujours baver sur les photos Insta de nos plantfluenceurs préférés.

Alice Huot - Le 5 oct. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.