habillage
premium1
premium1
Un homme et une femme qui se font un bisou à distance sur un fond rose

Confinement, distances de sécurité... comment le coronavirus impacte les relations amoureuses ?

Le 11 mars 2020

Le coronavirus s'invite aussi dans l'univers de la drague et bouscule les codes des applications de dating.

Le coronavirus a déjà fait baisser la pollution en Chine. Mais il pourrait aussi faire baisser les match sur les applications de rencontres. Sur Hinge, une blague sur le coronavirus a mis un coup d’arrêt à la romance naissante entre Sajmun Sachdev, une Canadienne de 36 ans, et un match prometteur, raconte le Washington Post. Revenu d’un récent voyage en Chine, le jeune homme a décidé de faire de l’humour sur l’origine de son mal de crâne. Mais la boutade n’a pas fait mouche. Après un rendez-vous annulé, la jeune femme n’a pas essayé de reprogrammer une rencontre. Et franchement, elle n'est « pas sûre que ça vaille le coup », confie-t-elle à la journaliste Lisa Bonos.

L’amour au temps du corona...

Peser le pour et le contre fait déjà partie du jeu des applications de dating. Entre un match et une rencontre en physique, il y a encore de nombreuses étapes à passer. L’épidémie de Covid-19 rajoute une étape supplémentaire à ce processus. Ce n’est pas en swipant sur Tinder qu’on va oublier les milliers de contaminations à travers le monde. Sur les apps, les messages sanitaires foisonnent et rappellent aux utilisateurs de se laver les mains régulièrement. Sur Twitter, l’application Hinge a publié un message hygiénico-humoristique pour encourager les utilisateurs à « se laver les mains avant de voler les frites de leur date. »

Autre changement sur les apps de dating, les descriptions des utilisateurs. Pour matcher, il faut désormais s’adapter au coronavirus. Et revoir ses hobbies et ne pas oublier de supprimer les photos de ce voyage en Chine ou de cette escapade à Milan. Malgré le flygskam, le voyage et l’aventure restent des passe-temps largement mis en avant par les millennials sur les apps de dating. Encore une fois, le coronavirus a été plus fort que l’urgence climatique.

Des dates en visioconférence

Normalement, après la parade nuptiale digitale, il est temps de passer à la rencontre IRL. Et là, ça bloque. « Est-ce qu’il me plaît suffisamment pour prendre le risque d’attraper le coronavirus ? » fait désormais partie des questions qu’on se pose avant d’organiser un rendez-vous. Meghan Lloyd, une résidente de San Francisco de 28 ans, confie au Washington Post que les conversations par message durent plus longtemps que d’habitude.

Dans le même article, Rachel DeAlto, en sa qualité de « Chief Dating Expert » de Match, préconise de faire des pré-rendez-vous sur FaceTime ou Skype avant une rencontre physique. Une manière habile de voir si son crush ne présente pas une toux suspecte. Et pourquoi pas carrément préférer les dates en VR ?

Alice Huot - Le 11 mars 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.