habillage
Illustration de femmes de couleurs différentes
© GettyImages

Contre les failles de Tinder, les petites annonces de dating renaissent sur les réseaux sociaux

Le 31 oct. 2019

Tinder a tué les petites annonces amoureuses. Instagram et Twitter les font renaître.

Avec plus de 1 500 applications de rencontres disponibles dans le monde, on pourrait croire l’époque des petites annonces amoureuses définitivement révolue. C’était sans compter la nostalgie qui caractérise la génération digital native.

Les bonnes vieilles méthodes mises à la sauce réseaux sociaux

Non seulement les petites annonces existent toujours dans certains journaux papiers, mais, en plus, elles connaissent un véritable revival 3.0 sur les réseaux sociaux. Outre-Atlantique, plutôt que d’aller swiper à tout-va sur Tinder et d’attendre les matchs, des célibataires préfèrent s’en remettre aux bonnes vieilles méthodes. Sur Instagram et sur Twitter, on voit donc apparaître des comptes dédiés à la recherche amoureuse. Souvent avec un look minimaliste, ils reprennent les codes des petites annonces traditionnelles usant et abusant d’abréviations en tout genre.

Une petite annonce amoureuse sur Instagram

Jf ch. jh affectueux et capricorne

Les utilisateurs en quête d’âmes sœurs envoient leur description et leurs critères de recherche aux Cupidons des temps modernes qui gèrent ces comptes. Plus besoin de fournir ses coordonnés, chaque post indique le compte personnel de son auteur. Si intéressé, il n’y a plus qu’à « glisser dans ses DM ». Sur Instagram, les annonces comportent même un titre : « Parlons émotions », « Denim & Flannel », « Ne ruine pas ma vie ». Selon l’état d’esprit de chacun.

Comptes de petites annonces sur Instagram

Tendance millennials oblige, il vaut mieux préciser son signe astrologique – voire son ascendant et son signe lunaire – pour trouver l’amour sur Insta.

De la nostalgie mais surtout un ras-le-bol des applis de rencontres

Cette renaissance des petites annonces n’est pas seulement le signe d’une nostalgie exacerbée et d’une volonté de faire comme papi et mamie. C’est aussi une façon de sortir  du modèle Tinder où l’on choisit en quelques secondes à partir d'une photo. Derrière ces néo petites annonces, pas d’algorithmes mais de vrais humains et un processus beaucoup plus lent. Pas question de swiper en deux secondes, on prend le temps de lire la description. « C’est un processus sincère, » explique au Guardian Kelly Rakowski, à la tête du compte @_personals_.

Les annonces amoureuses en ligne ne séduisent pas que les désillusionnés des applis de rencontres. Elles servent aussi à combler les échecs de ces app dont les algorithmes biaisés ou les fonctionnalités mettent de côté les personnes de couleur et/ou queer. La journaliste Poppy Noor note ainsi qu’il n’existe pas d’app dédiée uniquement aux femmes homosexuelles ou aux personnes queer. Suivi par plus de 60 000 abonnés, @_personals_ est donc destiné à la communauté LBQTIA+. De son côté, @qpocpersonals est reservé aux personnes queer et trans de couleur.

En France, les comptes de petites annonces se montrent encore timides. Mais la Youtubeuse Emy LTR a lancé le compte « Je find ton crush ». Comme l’application Hppn, le principe est de retrouver la personne qui nous a tapé dans l’œil via une petit description sur Instagram.

Que ce soit pour retrouver un amour manqué ou trouver l’âme sœur, oubliez les applis, c’est sur les réseaux que ça se passe.

À LIRE AUSSI

> Deep like, pré-couple, emojis… les nouveaux codes amoureux des ados

> Tinder : les directeurs artistiques ont plus de succès que les ingénieurs

> Génération gender-fluid : « le travail, comme l'état civil, assigne à la binarité »

Alice Huot - Le 31 oct. 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.