premium 1
Princesaoudien

Un prince saoudien vegan et écolo

Le 20 févr. 2017

Khaled bin Alwaleed fait sa révolution verte. Il s'appuie sur sa richesse pour promouvoir le mode de vie vegan et les énergies propres en Arabie Saoudite.

L'Arabie saoudite n’a plus le choix. Face à l’épuisement des ressources naturelles, elle doit faire face à un vaste plan de restructuration économique. La première économie du monde arabe et premier exportateur de pétrole doit en effet diversifier ses services pour ne plus dépendre de l’or noir. Le pays a trouvé dans le Prince Khaled bin Alwaleed, un parfait symbole : vegan, écolo, contre la torture animale, les énergies fossiles, il utilise ses millions pour promouvoir l'énergie solaire… À terme, il souhaite faire évoluer les mentalités saoudiennes en ce sens. Reste à savoir s’il est un amoureux de la terre convaincu, ou un excellent homme d’affaire.

Le Prince Khaled bin Alwaleed est le fils du richissime Alwaleed bin Talal bin Abdulaziz al Saud, plus communément appelé le Bill Gates d’Arabie Saoudite. Ayant mené une vie somptueuse depuis sa toute petite enfance, il semblerait que le Prince ait été fortement choqué par la cruauté humaine et sa lâcheté pendant une chasse où il était invité il y a quelques années. Il est depuis ce jour végétalien : il se nourrit presque exclusivement de fruits, de dattes, de baies, de fèves, de graines et de soja. Un régime qui lui aurait ouvert les yeux sur le monde et donné envie de s’investir en faveur du développement durable et contre le réchauffement climatique.  « Devenir vegan a vraiment changé ma vie. J’ai commencé à aimer davantage la Terre. C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne veux pas investir dans le bétail. C’est un problème de développement durable. Je m’en soucie, et l’Arabie Saoudite devrait s’en soucier aussi. » a déclaré le Prince à Startup magazine. Il préfère désormais investir dans des restaurants 100% végétaux au Moyen-Orient et dans les énergies renouvelable.

L'Arabie saoudite est le plus grand producteur mondial de pétrole brut et plus de 90 pour cent des recettes de la nation provient de l'industrie pétrolière, Khaled bin Alwaleed espère renverser cela. Il a investi des millions de dollars dans une usine de panneaux solaires industriels et souhaite que cette énergie propre soit en mesure de remplacer les énergies fossiles à l'avenir. Pour promouvoir l'énergie propre, il a notamment installé 100 000 lumières LED rattachés à des panneaux solaires pour les alimenter à travers Amman en Jordanie, via son entreprise KBW Investments. On estime que le projet réduira les factures d'électricité des collectivités locales de 50 à 70%.

Le Prince Khaled bin Alwaleed a déclaré à The National Observer que «le changement climatique et la consommation injustifiée d'énergie sont deux des problèmes les plus graves auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui ». Son père a d’ailleurs investi 50 millions de dollars dans Breakthrough Energy Ventures, le fonds dédié à l'innovation dans les énergies propres, créé par milliardaire Bill Gates. Le slogan : Investing Together to Transform the Future. Ont participé à ce fonds des personnalités comme Jack Ma, le patron d'Alibaba, Jeff Bezos le fondateur d'Amazon, Richard Branson, créateur de Virgin, ou encore le français Xavier Niel, fondateur de Free.

A noter que l’Arabie Saoudite a ratifié l’accord de Paris en 2016 dans la lutte contre le changement climatique, aux côtés de l’Afrique du Sud, de la Corée du Sud et de l’Indonésie. A ce jour, l’accord de Paris a été ratifié par 96 pays et par l’Union européenne qui, ensemble, représentent 69,21% des émissions totales de gaz à effet de serre. Par ailleurs, l’Arabie saoudite a annoncé la création d’un fonds d’investissement de deux mille milliards de dollars destiné à sortir le pays de sa dépendance pétrolière d'ici 2030 et  créer de nouveaux pôles de développement pour diversifier ses sources de revenus.

L'industrie de l'agriculture animale est responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, ce qui est plus que tout l'ensemble de l'industrie du transport. Il faut donc repenser tout l'écosystème, selon lui, tout est lié : « Le bien-être des animaux, l'agriculture industrielle, l'environnement - en général, tous ces problèmes sont solubles si nous regardons les choses d'une manière économique, humaine et pratique, plutôt que gourmande et avide. »

Khaled bin Alwaleed déclare dans cette philosophie de vie avoir largement été inspiré du livre Comment ne pas mourir du Dr. Michael Greger. Avant de devenir vegan, il pesait 110 kg et prenait en permanence des médicaments anti-cholestérol. Il prend désormais conscience de l’épidémie d'obésité au Moyen-Orient, au Qatar et en Arabie Saoudite en particulier et estime que c’est de la responsabilité du gouvernement  d’éduquer les générations futures pour qu’elles adoptent une alimentation et un monde de vie plus sain.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.