habillage
premium1
premium1
Un cochon dans un champ
© ChristiLaLiberte via GettyImages

2020, l'année où la consommation de viande a commencé à chuter

Le 7 janv. 2020

2020 devrait être une année charnière pour la consommation de produits carnés dans le monde.

L’année 2020 marquera-t-elle le point culminant de notre consommation de viande ? C’est la question posée par trois journalistes du Financial Times. La révolution vers un monde sans produits carnés serait même déjà en marche. L’article rapporte ainsi qu’au Royaume-Uni, en 2019, 15 % des repas de Noël étaient dépourvus de viande.

Une révolution timide mais amorcée

Malgré les start-up qui se lancent dans la viande de laboratoire, les marques de fast-food qui testent des alternatives à base de plante pour fournir des burgers 0 meat, barbeuk’ et choucroutes ont encore de beaux jours devant eux.

Aux États-Unis, pays d’origine de Beyond Meat et Impossible Burger, le marché de la « viande » à base de plante ne représente que 800 millions de dollars alors que le marché total pèse 74 milliards de dollars. Une goutte d’eau, donc. Mais d’après les chiffres de la FAO et de l’OCDE, la consommation de porc et de bœuf stagne en Europe et aux États-Unis.

Pour l’instant, les projections n’indiquent pas encore de baisse. Un porte-parole de Beyond Meat indiquait d’ailleurs que 90 % des clients de la marque n’étaient pas végétariens. La tendance est à la limitation, la réduction n’est pas encore au programme.

2020, année de la stabilisation

D’après l’OCDE, 2020 devrait marquer un tournant dans notre consommation de viande. Les États-Unis restent les champions avec 100 kg de barbaque ingérée chaque année et par habitant. Un chiffre élevé qui ne devrait plus augmenter. En Europe, les experts projettent une stabilisation à 71 kg par an et par habitant en 2020.

Et la tendance ne concerne pas que les traditionnels gros mangeurs de chair animale. Interrogé par le Financial Times, Josef Schmidhuber, Directeur adjoint de la Division de la statistique de la FAO, précise que la tendance est mondiale. « En Inde et en Amérique Latine, nous n’envisageons pas une croissance rapide de la consommation de viande. En Afrique, l’augmentation n’a pas été aussi rapide que nous le pensions. »

La consommation de viande mondiale entre les mains de la Chine

Avec une consommation de porc par habitant qui a doublé entre 1990 et 2018, l’assiette des Chinois est au cœur de toute les attentions. Frappé de plein fouet par l’épidémie de crise porcine qui sévit depuis un an, l’Empire du milieu connaît une hausse des prix de plus de 100 %. Signe que la demande est forte. Pourtant la Chine aurait atteint son pic de consommation en 2014, à 40 kg par an et par tête. Devenu trop accessible, le porc avait fini par être délaissé par les consommateurs, rapporte le Financial Times, mais la raréfaction de la viande de cochon aurait relancé l’intérêt des Chinois pour la denrée. Cependant, les estimations de l’OCDE et de la FAO n’envisagent pas dépasser les niveaux de 2014. Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle pour 2020.

Alice Huot - Le 7 janv. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.