premium 1
premium 1
jeune femme timide qui se cache

Devinez qui a le plus de complexes, et plus la peur de vieillir ? On vous le donne en mille...

Le 8 nov. 2018

Exposition à la publicité, aux magazines ou aux réseaux sociaux, comment les Français perçoivent-ils leur corps ? Une étude Harris Interactive pour les Zooms de L’Observatoire Cetelem.

La bonne nouvelle, c’est que 71% des Français se sentent globalement bien dans leur corps. La mauvaise, c’est que ça ne les empêche pas d'avoir des complexes, puisqu'ils sont aussi 60% avoir des complexes par rapport à leur corps. Et qui est concerné ? Surtout les femmes et les jeunes.

D’après l’étude Harris Interactive pour les Zooms de L’Observatoire Cetelem, les Français associent d’abord leur corps à la santé puis à l’esthétique. 77% des sondés redoutent de vieillir et de ne plus pouvoir effectuer toutes les activités qu’ils désirent. 3 Français sur 5 ont peur de voir leur corps changer avec les années. Chez les femmes, le chiffre atteint les 69%. Un culte du jeunisme qui pousse les Français à accorder toujours plus d’importance à leur corps. C'est le cas pour 81% des femmes contre 76% dans la population globale. Génération selfie, les moins de 35 ans sont 82% à avoir l’obsession de l’apparence.

L’étude s’est intéressée à l’impact de la publicité sur la façon dont les Français perçoivent leur corps. Les images publicitaires auxquelles nous sommes exposés continuent de conditionner le rapport à notre propre image. 46% des 18-24 ans déclarent ainsi qu’ils ont envie de ressembler aux corps présentés dans les magazines ou la publicité. En revanche, seulement 89% des plus de 50 ans partagent cette opinion. Logique : pourquoi vouloir ressembler à un mannequin de 20 ans quand on en a 50 ?

Diversité, inclusivité, body positivism… on en a plein les oreilles mais la publicité nous en met-elle également plein la vue ? Non, répondent près de trois Français sur cinq.  En revanche, les 18-24 ans sont 54% à noter des évolutions positives - davantage de tailles, différentes formes de corps, moins de retouches. Depuis le 5 mai 2017, la loi française impose d’afficher la mention « photographie retouchée » sur les publicités concernées. D’autres marques choisissent carrément de ne pas retoucher leurs photos. Des pores apparents pour Urban Decay et quelques poils chez MAC Cosmetics ou chez Monki. Côté mode, Asos n’efface plus les vergetures et laisse visible les traces d’acné. Et surtout, ces marques s’efforcent de choisir des modèles qui représentent la diversité des corps féminins. À noter, ces marques sont plutôt destinées aux Millennials, ce qui peut expliquer leur perception positive des changements dans la publicité et les magazines.

D’ailleurs, 62% des sondés déclarent qu’il est important pour eux que les magazines et la publicité présentent davantage de diversité. C’est le cas pour 71% des femmes mais seulement 54% des hommes. Les moins de 35 ans - 69%- sont également les plus concernés par la question de la diversité du corps dans la publicité. Une tendance qui pourrait donc s’imposer dans les années à venir.

Crédit photo : Sofia Lesquerre via Unsplash

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.