habillage
premium1Advertisement
premium1Advertisement
Une jeune femme regardant par la fenêtre
© Sisoje via Getty Images

5 chiffres qui racontent notre deuxième semaine de reconfinement

Le 12 nov. 2020

Entre avancées médicales prometteuses et premiers bilans pessimistes, voici le récap’, en chiffres, de notre deuxième semaine de reconfinement. Et ce n’est pas très réjouissant.

5,6 millions de dollars d’actions vendues par le PDG de Pfizer

C’est l’une des grandes annonces de cette semaine : le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer a annoncé que son vaccin contre le Covid-19 est efficace à 90%. Résultat : son action en bourse a bondi de plus de 7% (tandis que celle de Zoom baissait de 5%...). Le PDG de Pfizer, Albert Bourla en a profité pour vendre 132 508 titres à Wall Street, pour une valeur de 5,6 millions de dollars. Cela dit, ce n’est pas pour autant que la population française a envie de se faire vacciner

30 000 associations risquent le dépôt de bilan

Tandis que l’industrie pharmaceutique célèbre, les associations trinquent. Le Mouvement associatif révèle que 66% des associations ont dû suspendre leurs activités ou revoir leur mode de fonctionnement pendant le premier confinement, et que les nouvelles mesures pourraient bien signer la fin pour nombre d’entre elles. Au total, ce sont 4 000 associations employeuses qui pourraient disparaître, et près de 30 000 qui risquent le dépôt de bilan.

10 millions de pauvres en France en 2020

Les difficultés des associations ruissellent sur les plus précaires. Le rapport annuel du Secours catholique alerte sur le phénomène : en 2020, la France devrait franchir la barre des dix millions de pauvres. « Nous payons encore les effets de la crise financière de 2008, dont on n’a pas vraiment tiré toutes les leçons », a déclaré Véronique Fayet, présidente de l’association.

20% de la population française a envisagé de se suicider

Autre conséquence sociale de la crise sanitaire : 20% des gens ont envisagé de mettre fin à leurs jours en 2020, selon une enquête Ifop pour la fondation Jean Jaurès. Parmi les populations les plus à risque, on retrouve les dirigeants et dirigeantes d’entreprise, les artisans, les professions commerçantes, les jeunes, et les personnes au chômage. Preuve que quand on parle de crise, le coût est loin de n’être qu’économique, il est aussi psychologique.

14 livreurs sont morts en Corée du Sud

Parmi les secteurs les plus sollicités en ce moment, on retrouve évidemment la livraison. Les demandes explosent, ce qui n’arrange pas les conditions de travail précaires des personnes concernées. Résultat, en Corée du Sud, 14 livreurs sont morts à cause de la surcharge de travail depuis le début de la pandémie. Alerté, le gouvernement a promis qu’il se pencherait sur la situation.

Pour contrebalancer ces chiffres quelque peu déprimants... on vous invite à faire un tour sur ces cinq bonnes nouvelles qui marquent la période.

Mélanie Roosen - Le 12 nov. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.