Verino et son double

15 questions du tac au tac avec l'humoriste Vérino

© Pascalito

« J’essaie de ne pas être une tête de con. » . Dans ses « Dis donc Internet » , face caméra, dos à son public, Verino nous commente une actualité toujours plus rocambolesque.

Sur les réseaux, Vérino partage chaque semaine une vidéo des cinq dernières minutes de ses spectacles. Qu’il s’attaque aux Pandora Papers, à l’agression du footballeur Ander Herrera au bois de Boulogne ou à la question des prénoms soulevée par Éric Zemmour, sa revue de presse est toujours hilarante. Mais alors, si le monde paraît fou, on est allé le questionner sur sa place dans ce foutoir.

1 - Tu te lances dans une cure de détox… tu commences par quoi ?

Par le téléphone portable. J’ai déjà commencé : j’ai interdiction de l’utiliser à la maison, et quand mes trois garçons me voient, ils ont l’obligation d’exiger que je le pose.

2 - Ton life goal de l’année ?

C’est un projet à long terme, mais si je meurs heureux, je serai content.

3 - La tendance qui te fait flipper ?

Tout va trop vite ! Par exemple, mes vidéos Reels sur Insta sont limitées à trente secondes. Forcément, ça favorise les grosses blagues efficaces plutôt que les trucs plus fins, et c’est dommage pour tout le monde.

4 - Ton appli de la honte ?

J’ai tout enlevé.

5 - Ta note sur Uber ?

Je refuse absolument de jouer à ce jeu de la notation entre individus, et de toute façon je ne prends que des compagnies de taxi qui payent leurs impôts en France.

6 - La tech que tu n’as pas du tout envie d’adopter ?

J’ai du mal à imaginer qu’on veuille vraiment vivre avec un casque de VR…

7 - L’idée reçue que tu adorerais démonter ?

Que l’être humain est nativement carnivore et qu’on ne pourrait pas réduire notre consommation de viande.

8 - Tu lèves des fonds… tu en fais quoi ?

Jamais je ne lèverai des fonds – vous êtes malade ! Lever des fonds, ça veut dire avoir des dettes, perdre en indépendance, faire des compromis sur tout ce que tu fais… Rien que d’envisager cette idée, j’ai envie de vomir.

9 - Ta dernière grande inspiration… raconte !

Trouver des solutions pour être en contact direct avec mes spectateurs, sans passer par les réseaux, qui nous ont bien niqués sur le coup, puisqu’on ne peut plus toucher les gens qui ont fait la démarche de nous suivre. Je trouve ça absolument scandaleux.

10 - Ton pitch pour changer le monde, ce serait quoi ?

Écoutez-vous les uns les autres !

11 - Et toi, la dernière fois qu’on t’a fait changer… c’était comment ?

On me fait changer d’avis très souvent parce que j’essaie de ne pas être une tête de con. Mais je reconnais que ça ne marche pas à tous les coups.

12 - Tu es du genre « je n’ai rien à cacher », ou tu fais tout pour te planquer ?

Je n’ai pas grand-chose d’intéressant à cacher, mais je ne montre jamais rien de ma vie privée. En revanche, ça peut m’arriver de la raconter sur scène.

13 - On dit test and learn ; qu’est-ce que tu as testé et qu’est-ce que tu as appris ?

Alors là, c’est l’histoire de ma vie ! J’apprends en permanence, je n’ai pas peur de me planter, et je suis convaincu qu’une bonne idée, c’est toujours la somme d’idées qui ont planté. 

14 - Sky is the limit. Et toi, elles sont où, tes limites ?

J’en ai des millions et pour la plupart que je ne connais même pas. Mais ce qui est certain, c’est que pour faire les choses bien, j’ai besoin d’être passionné. Si je perds la passion, je n’arrive plus à rien.

15 - Allez, si on devait tout résumer en un mantra, tu dirais quoi ?

Instant Bisounours : trouvez ce par quoi vous êtes passionné, parce que c’est tellement plus facile de faire des choses qu’on fait avec le cœur.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.