premium1
premium1
Netflix annonce des mesures pour réduire son empreinte carbone
© freestocks.org

Netflix annonce des mesures pour réduire son empreinte carbone

Le 31 mars 2021

En adoptant une approche plus écologique de ses tournages et un système similaire à une « taxe carbone interne », le géant du streaming vidéo entend réduire son empreinte carbone de 45% d'ici 2030.

Netflix prend le taureau par les cornes et s’attaque à son empreinte carbone. Dans un communiqué du 30 mars, le géant du streaming aux 200 millions d’abonnés a annoncé vouloir réduire ses émissions directes (carburant et électricité) de 45% d’ici 2030 par rapport à son niveau de 2019.

Trois objectifs à tenir

Trois annonces majeures composent le rapport, la première consistant à réduire un maximum les émissions en interne pour respecter l’objectif de l’accord de Paris (limiter le réchauffement climatique à 1,5°C). 

Netflix a également annoncé investir dans des projets empêchant le carbone de pénétrer dans l’atmosphère d’ici fin 2021. « Nous commencerons par conserver les zones naturelles à risque, comme les forêts tropicales, qui sont essentielles pour atteindre les objectifs climatiques mondiaux. » Des investissements supplémentaires dans la régénération d'écosystèmes naturels, tels que les prairies, les mangroves et les sols sains, devraient être réalisés dès la fin de l’année 2022. 

« Cette approche nous fait gagner du temps pour décarboner notre économie, tout en restaurant ces systèmes de survie », note le communiqué. 

Des efforts sur les plateaux de tournage

Selon le Financial Times, l’entreprise de streaming prévoit aussi de bannir certains appareils gourmands en énergie et d’utiliser davantage de techniques de production virtuelle, comme la réalité étendue utilisée dans la série The Mandalorian de DisneySur les plateaux ou lors de tournages (y compris ceux qui ne sont pas produits par la plateforme elle-même), on privilégiera notamment l'utilisation de batteries électriques, l'embauche d'équipes locales, la réduction des voyages aériens et l'introduction de plus de lumières LED. 

« La majorité de notre empreinte vient de séries comme The Crown, a déclaré le patron de Netflix Reed Hastings au Financial Times. Notre empreinte englobe le fait de créer du contenu, de construire des décors, de déplacer les gens pour pouvoir produire une série ou un film. » En 2020, la société a déclaré avoir émis 1,1 million de tonnes de dioxyde de carbone.

Quid de la pollution streaming ?

Émissions directes et indirectes comprises ? Oui et non, car elle exclut de son rapport les émissions carbone provenant de la transmission de ses contenus dans les foyers.

« Nous n'incluons pas les émissions provenant de la transmission Internet ou des appareils électroniques que nos membres utilisent pour regarder Netflix. Les fournisseurs d'accès Internet et les fabricants d'appareils ont un contrôle opérationnel sur la conception et la fabrication de leurs équipements, donc idéalement, ils tiennent compte de ces émissions eux-mêmes. »

En 2018, ce sont pourtant de 300 millions de tonnes de CO2 qui ont été produites par la consommation de vidéos en ligne, parmi lesquelles la SVOD, la pornographie, les plateformes comme YouTube et les vidéos hébergées sur les réseaux sociaux et autres sites. Bien sûr, l’utilisateur est lui-même responsable de sa consommation, mais les plateformes de vidéo à la demande pourraient aussi avoir un rôle à jouer. Une suggestion pour les prochains objectifs de Netflix ? Supprimer les biais cognitifs de sa plateforme en s’attaquant à l’autoplay par exemple, cette méthode qui consiste à nous inciter à binger toujours plus en créant des flux de contenus ininterrompus

Margaux Dussert - Le 31 mars 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • C'est un petit pas si j'ose dire. La seule alternative à ça, c'est la TNT seconde génération (DVB-T 2) où la Svod réduira efficacement l'emprunte carbone en dehors de faire tourner data-centers au solaire ou avec des batteries usagées de voiture électrique. La TNT est meilleure pour la planète que le net et je pense fortement qu'avec la future norme DVB-T 2 (Arte.tv est en test pour six mois et Salto est prêt pour 2024) même s'il n'y aura pas forcément Netflix, que cela aura un fort impact dans nos habitudes de consommation concernant la Svod. La différence ? C'est le réseau hertzien qui permettra à des millions de gens de regarder le même programme en temps réel et non en décalé comme sur les data-center qui transitent par l'Adsl, la 4g et bientôt la 5g.

  • Mesdames & Messieurs,
    - Saviez-vous que le GIEC a été créé par Mme. Thatcher qui voulait fermer les mines de charbon pour construire des centrales nucléaires ? Pour que l'opinion soit d'accord avec la fermeture des mines, elle a créé le GIEC afin de déclarer que le charbon nuit.
    Les membres du GIEC ne peuvent que trouver que le CO2 est mauvais pour le climat puisque c'est dans les statuts de l'organisation.
    - Du reste, le GIEC a été obligé de reconnaître que le CO2 n'a pas entraîné par le passé de hausse de la température.
    - Par ailleurs, ce sont les milliardaires propriétaires de médias de masse réchauffistes qui ont investi dans les nouvelles firmes « neutre en CO2 ».
    Pour plus de renseignements :
    https://contreveritesclimatiques.wordpress.com

    Bien cordialement