habillage
premium1
habillage
Concerts, pubs, événements... comment la réalité étendue pourrait les sauver
© Katy Perry - Daisies (Live From American Idol Finale (2020)

Concerts, pubs, événements... comment la réalité étendue pourrait les sauver

Le 9 févr. 2021

Les événements sont à l’arrêt, mais le marché de la réalité étendue (XR) explose. Ce mode de production virtuelle, qui peut simuler en direct des décors grâce aux technologies immersives, devrait peser 1 000 milliards de dollars d’ici 2030. Cinéma, TV, événementiel : ce sont beaucoup de filières, actuellement privées de tournages et de déplacements, qui peuvent en profiter.

À Saint-Denis, le plateau du studio de tournage Pure View XR fait à peine plus de 60 m2. Pourtant, les décors 3D qui y défilent semblent plus grands et plus vrais que nature. Leur particularité ? Ils sont générés virtuellement et en temps réel, si bien que l’on passe des roches rouges du Grand Canyon au traditionnel plateau TV de Jean-Pierre Pernaut en un clic, sans passer par la case post-production.

Le studio français, qui s’est lancé en 2020 lors du premier confinement, est spécialisé en réalité étendue ou XR*. En combinant la diffusion vidéo, l’exploitation d’images 3D et des capteurs de mouvements installés sur des caméras, il peut simuler, en direct, des décors haute définition autour d’acteurs ou d’intervenants de tous types. La promesse ? Une immersion ultra-réaliste et des coûts de production revus à la baisse.

*La réalité étendue ou XR regroupe la réalité augmentée, la réalité virtuelle  et la réalité mixte (qui permet une interaction entre le monde virtuel et le monde réel, entre réalité virtuelle et réalité augmentée).

Adieu fond vert et « post-prod » galère

Pour le cinéma, « c'est une petite révolution qui permet de s'affranchir du traditionnel fond vert, expliquent les trois associés Pierre-Guy di Costanzo, Thomas Besson et Julien Colet dont les parcours individuels touchent à la production télévisuelle, musicale et corporate. Pour les captations live, c'est la possibilité de transporter le spectateur et les artistes dans des décors infinis. Pour la télévision, c'est un pas de plus vers des programmes toujours plus immersifs, que ce soit un journal télévisé, une émission de divertissement ou une cérémonie… »

Sur le plateau, les décors 3D défilent. Nature sauvage, bibliothèque à l’anglaise, cinématique de pétales de rose façon pub de parfum… le tout donne l’impression d’un décor tangible : une promesse d’immersion pour les personnes qui s’y font filmer. À l’image, il est presque impossible de dissocier les incrustations virtuelles des objets réels posés sur le plateau. Quant à la lumière, elle est travaillée simultanément. « On travaille l’image finale quasiment en direct : ce que l’on shoote, c’est ce que l’on diffuse, commente Pierre-Guy di Costanzo. Avec la XR, on va au-delà de la contrainte physique des écrans. Créativement, on peut imaginer n’importe quel environnement 3D ! »

Côté série, impossible d’être passé à côté de The Mandalorian dont une grande partie a été tournée grâce au procédé, éliminant ainsi le besoin de tourner en extérieur. Côté musique, la performance live de Katy Perry sur American Idol le 17 mai 2020 a elle aussi marqué un vrai tournant dans la production virtuelle. Réalisée par le XR Studio à Los Angeles, une société américaine pionnière en réalité étendue, elle a fait voler en éclats les limites du plateau TV classique en immergeant la chanteuse dans un univers en perpétuelle mutation. 

« C’est comme si vous étiez dans un décor physique réel, à la différence qu’il nécessite des coûts de production nettement moindres et qu’il n’y a pas besoin de monter de décors, explique Julien Colet. En résumé, on change de plateau en un clic de souris. On ne peut pas aller au Grand Canyon ? On le ramène ici. »

Une industrie qui explose

Depuis quelques années, le secteur affiche des chiffres impressionnants. Selon une étude du cabinet P&S Intelligence, l’industrie de la réalité étendue, appuyée par l’explosion du gaming, devrait peser 1 000 milliards de dollars d’ici 2030, alors qu’elle ne représentait que 18,5 milliards en 2019. De quoi donner envie de se lancer. 

Face à l’arrêt des tournages et des événements physiques, les trois associés ont senti le vent tourner. « Avant la pandémie, ça faisait déjà un moment qu’on pensait à la XR, explique Pierre-Guy di Costanzo qui est aussi à la tête d’une agence d’évènementiel (Golden Mama) en parallèle. Mais il faut l’avouer : quand tu te retrouves avec autant de temps libre et que ton business est au point mort, tu te lances. »

Début 2020, l’entrepreneur se rapproche de Thomas Besson (spécialisé dans la création visuelle pour les spectacles live et la télévision) pour créer le studio de création virtuelle BLUE NODE. À la sortie du premier confinement, le projet prend de l’ampleur et un nouveau partenaire, Image Vidéo Services (IVS), s'y greffe pour assurer la production de tournages, hybridés entre réel et virtuel. La boucle est bouclée et c’est désormais à leur tour de venir en aide aux « sinistrés » du marché. 

Quand XR rime avec distanciation physique

« En cette période de crise, de nombreux acteurs corporate viennent nous voir pour des événements et des présentations live, poursuit Pierre-Guy di Costanzo qui, pour l’heure, préfère taire le nom de ses nouveaux clients. Mais au-delà de la pandémie, ce sont les industries les plus contraintes par le temps (télévision, événementiel…) qui trouveront dans la XR un intérêt certain. « On peut aller très loin en studio, avec des rendus de très bonne qualité et dans des délais extrêmement serrés, commente l’entrepreneur. Tout ça est à remettre dans un contexte et chaque business y trouve son compte. »

Pour répondre aux contraintes de la distanciation physique, l’entrepreneur concède toutefois l’utilité d’un fond vert d’appoint. « C’est utile quand on veut dynamiser des plans et faire intervenir plusieurs personnes à la fois. Un intervenant peut être sur le plateau tandis qu’un autre, filmé sur fond vert, est projeté sur scène en réalité augmentée. » On oubliera en revanche le fond vert pour tourner une publicité. « En temps normal, une marque de voiture ira plutôt au Mexique ou dans un vrai décor naturel pour trouver le bon spot, mais lorsque les voyages sont compromis, la production virtuelle peut y remédier. » 

Quant à savoir si les événements en réalité étendue parviendront à maintenir son agence à flot, Pierre-Guy  di Costanzo demeure plus mitigé. « Les captations live ne font pas vivre une boîte d’événementiel à l’année malheureusement. Mais l’avantage, maintenant, c’est que nous maîtrisons toute la chaîne de production réelle et virtuelle : les événements, la création 3D et le studio de tournage. »

Quoi qu'il en soit et à en croire les experts, la tendance ne faiblira pas, même au sortir de la crise. Dans un article Forbes du 18 décembre 2020, le futurologue et journaliste Bernard Marr estimait que « la réalité étendue sera l'une des tendances technologiques les plus transformatrices des cinq prochaines années ». Elle devrait prospérer aux côtés d’autres avancées technologiques comme la mise en réseau ultra-rapide, la démocratisation de la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle.

Margaux Dussert - Le 9 févr. 2021
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.