FightClub, film icônique des 90's a été censuré par la Chine

En Chine, l’iconique « Fight Club » n’a pas la même fin

La première règle du Fight Club ? Ne pas parler du Fight Club. Mais la première règle du Fight Club en Chine ?  Censurer la fin du film pour la rendre politiquement correcte.

Depuis quelques années, la Chine entreprend des manœuvres de verrouillage numérique de grande ampleur. Toutefois, cela n’empêche pas certains classiques du cinéma américain de se glisser sur les plateformes de streaming chinoises. Le week-end dernier, la plateforme Tencent mettait en ligne Fight Club, 23 ans après sa sortie aux États-Unis. Enfin, c’est ce que croyait le public jusqu’à ce qu’il tombe sur une fin de film complètement différente de l’originale...

Une œuvre controversée, une fin censurée

Dans cette œuvre emblématique des 90’s, Edward Norton incarne Tyler Durden, un personnage névrosé jusqu’à la moelle qui cherche à évacuer ses troubles par la violence. Spoiler alert, c’est surtout la scène finale qui est emblématique. Les gratte-ciel explosent dans l’anarchie la plus totale, comme si le monde moderne s'écroulait. Une métaphore qui, a priori, n’avait rien d’appréciable pour les autorités chinoises. Car à la place de ce grand moment de cinéma, les spectateurs se sont retrouvés face à ce texte en guise de fin :   « Grâce aux éléments fournis par Tyler, la police a rapidement découvert le projet, arrêté tous les criminels, et empêché les bombes d’exploser. Après un procès, Tyler a été envoyé en asile pour recevoir un accompagnement psychiatrique. Il a été libéré de l’hôpital en 2012. »

Mais alors, que s’est-il passé ? Eh bien, ce n’est pas très clair. D’après Vice UK, cette version politiquement correcte aurait été arrangée puis vendue à Tencent, qui d’ailleurs n’a pas souhaité commenter l’affaire. Il faut dire qu’en Chine, la subversion et l’immoralité n’ont pas de place, et les films importés n’y échappent pas. Sur Tencent, Lord of War avec Nicolas Cage avait subi le même sort, avec trente minutes de film tronquées et une fin arrangeante plaçant les autorités à l’honneur dans une affaire miraculeusement résolue.

Une manœuvre tournée en ridicule sur les réseaux

Érigée en classique du cinéma, cette fin dramatiquement sapée a suscité la colère des nombreux fans en Chine, et sur les réseaux sociaux en général. L’incontournable lanceur d’alerte Edward Snowden a d’ailleurs invité la toile à tourner en ridicule cette fin tronquée, en prenant l’exemple d’autres films.

Tour à tour, les internautes se sont donnés à cœur joie de modifier les fins de films cultes :

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.