habillage
premium1
des visages de femmes déformés sous cellophane
© SH/Sadler

Femmes sous cellophane ou disloquées, ces photos explosent les diktats de la beauté

Le 18 févr. 2019

Avec leur imaginaire trash et acide, le duo de photographes SH/Sadler tord le cou aux standards de beauté et milite pour une représentation non sexualisée des femmes au sein de leurs travaux… mais aussi chez leurs clients !

Dans l’univers des photographes Julia SH et Nic Sadler (@SHSadler), les femmes sont souvent nues, mais jamais sexualisées. Poses mutantes et désarticulées, maquillage destroy, peaux élastiques et malmenées… le glamour stéréotypé des magazines de mode est troqué contre une armée d’amazones trashy venues d’une autre galaxie.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Outtake with @vnixie #makeup by @satya_linak #muse #AI #alien #beauty #look #bodyshine #editorial #creative #shsadler

Une publication partagée par shsadler (@shsadler) le

Réalisés de manière à modifier notre perception des femmes dans la culture contemporaine, leurs clichés interpellent et choquent par leur crudité à la fois grossière et esthétique.

Chair à glamour

« La culture contemporaine vénère une représentation déformée et non durable de la beauté, et c’est cela qui engendre une pression extrême chez les femmes, nous rapporte Julia SH. En tant que photographes "spécialistes de la beauté", nous devons questionner auprès de nos clients le désir de se conformer aux tendances actuelles. Il est de notre responsabilité, en tant qu’artistes, d’attirer l’attention sur ces représentations absurdes ».

Fascinée par le corps féminin, Julia SH lui consacre la majeure partie de son art. Réalisateur de métier, Nic Sadler conçoit aussi des publicités et des clips à l'international. 

Basé à Los Angeles et collaborant depuis 2012, le duo s’est notamment fait remarquer avec « Fresh Meat », une série de photos mettant en scène des visages de femmes déformés sous cellophane, comme prêtes à être vendues en supermarché…

« Nos images sont intentionnellement conçues pour provoquer », explique Nic Sadler. En tant que directeur de photographie commerciale, il reconnaît ne pas travailler souvent avec des personnes désireuses de contester les standards. « C’est vraiment dans un contexte artistique que nous pouvons subvertir les normes et toucher le spectateur », affirme-t-il.

Perfect imperfections

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

#messyfruit #model @badw0lfy #makeup @satya_linak #hair @mitchellcantrell_ #magazine @glassbook #color #creative #editorialshoot #cosmetics #beauty #colorful #messy #shsadler

Une publication partagée par shsadler (@shsadler) le

Habitués à expérimenter, les deux artistes multiplient les projets de nus bizarroïdes et n’hésitent pas à demander à leurs modèles de prendre des poses volontairement étranges ou peu valorisantes.

« Nous n'avons aucun intérêt à dépeindre une beauté simple. C’est la raison pour laquelle nous évitons souvent les montages de beauté traditionnels, prenons en compte les hasards, les défauts ainsi que l’inconfort des postures que nous demandons à nos modèles », explique Julia. Les deux artistes ont notamment collaboré avec Melanie Gaydos, cette mannequin au physique hors-norme atteinte d’une maladie génétique rare.  

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Jordan. Makeup by @yolandajpricemakeup #photography #boots #red #fire #eyes #attitude #demonic #pocketsized #rocket #blonde #makeup #tights #art #model #jordanbunniie #hollywood

Une publication partagée par shsadler (@shsadler) le

« Vous constaterez que, même si nous photographions beaucoup de sujets nus, aucun d’eux n’évoque une invitation ou un regard sexuel », précise Nic. Une lutte qu’il est encore urgent de mener, en particulier en publicité. En 2016, une enquête CSA révélait ainsi que 82% des femmes se sentent complexées par les images véhiculées par la communication.

Les clichés féminins ont encore la peau dure. Aux artistes de les faire voler en éclats ?


Photographie : SH/Sadler
Maquillage : Satya Linak
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.