Des hommes en blouses blanche dans les rues déserte d'une grande ville en Chine.

Faim, violence et suicide : le désespoir des habitants confinés de Shanghai se répand sur les réseaux

© China Change via YouTube

Depuis quelques jours des vidéos particulièrement choquantes issues de la ville de Shanghai en quarantaine défient la censure chinoise et font des millions de vues sur les réseaux.

Habitants hurlant leur faim au balcon de leur résidence, vidéos de robots et de drones enjoignant les gens à rester enfermés chez eux, passage à tabac de quidams… Twitter est envahi de vidéos surréalistes et extrêmement choquantes montrant la gravité de la situation à Shanghai. Depuis deux semaines, les 26 millions d'habitants de la mégalopole chinoise sont sous le coup d’un confinement dur dû à la recrudescence de Covid-19. Sous le régime d’une politique « zéro covid » particulièrement stricte, les gens se trouvent enfermés chez eux sans approvisionnement de nourriture tandis que les familles sont séparées en cas de test positif. Face au désespoir et parfois à la violence de la situation, les Chinois ainsi que les Occidentaux coincés là-bas ont commencé à documenter leur quotidien à coup de vidéos publiées sur WeChat. 

Que montrent les vidéos de Shanghai ?

Il existe plusieurs degrés de violences dans ces documents. Parmi les vidéos les plus partagées, on trouve notamment celles des habitants hurlant leur colère sur les balcons de leur appartement la nuit.

Plusieurs vidéos montrent aussi des émeutes de la faim dans les rues de la ville, ou bien l’usage de drones de propagande propageant les ordres des autorités dans la ville.

D’autres vidéos montrent la manière dont les personnes testées positives au Covid-19 sont traitées. Une compilation diffusée le 9 avril par le média d’opposition China Change montre comment les habitants sont emmenés de force dans des « hôpitaux » de fortune, sans toilettes ni douches, tandis que les enfants, parfois très jeunes, sont séparés de leurs parents.

Ce sont là les documents les moins choquants. Sur Twitter plusieurs vidéos (dont nous ne mettrons pas les liens) circulent montrant des compilations de personnes se suicidant en se jetant du haut de leur balcon ou bien encore des filets remplis de cadavres de chats et de chiens abattus par les forces de l’ordre. Ces compilations sont notamment produites par des blogueurs / youtubeurs chinois se présentant comme des opposants au régime et voulant montrer « la réalité » sur place, comme c'est le cas de Jennifer Zeng dont le compte Twitter et la chaîne YouTube regorgent de vidéos de ce type lui permettant d'assurer une contre-propagande efficace.

La censure chinoise mise à mal 

Au-delà de la violence des images, c’est l’apparente facilité avec laquelle ces dernières semblent nous parvenir qui a de quoi étonner. Dans un pays réputé pour ses systèmes de surveillance et de censure, il est rare de voir autant de vidéos montrant ce genre de scènes. Les plateformes Weibo et Wechat ont bien tenté de bloquer ces contenus en éliminant les hashtags et certaines vidéos comme celle des protestations aux balcons au début du mois. Mais la masse de contenu publié semble avoir dépassé les capacités de modération des réseaux chinois. Étant donné que l’application WeChat est aussi très utilisée par la diaspora chinoise établie à l’étranger ainsi que les Occidentaux installés en Chine, l’information peut circuler malgré les tentatives de censure. S’ajoute à cela l’utilisation massive et légale de VPN qui permet de passer outre la  fameuse « grande muraille numérique » et donc de diffuser ces vidéos sur les réseaux occidentaux comme Twitter.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.