habillage
premium1
premium1
Un enfant avec un mégaphone et un journal où il est écrit Fake News
© Getty Images

Les sept profils types du propagateur de fake news

Le 6 mai 2020

Expert en carton, célébrité crédule ou vrai escroc... qui sont ces gens qui propagent des fake news ?

En plus de la pandémie de Covid-19, nous devons faire face à une épidémie de fake news. De fausses informations qui se propagent rapidement sur Internet et infectent nos réseaux sociaux jusqu’à nos conversations WhatsApp. Journaliste spécialisée sur les sujets de désinformation pour la BBC, Marianna Spring connaît bien le sujet et le phénomène de création et propagation des fake news. Elle a établi sept profils types d’internautes qui contribuent à diffuser des intox.

Le blagueur qui se fend la poire

Pour lui, la vie est une blague et la crise sanitaire actuelle est l’occasion de plaisanter. Plus inconscient que mal intentionné, le blagueur s'adonne à la création de fausses informations comme à un jeu. Il s’amuse ensuite de voir ses créations diffusées sur les réseaux sociaux et les réactions qu’elles provoquent. Après avoir diffusé un faux texte du gouvernement qui condamnait à une amende un citoyen qui serait sorti de chez lui trop souvent, un farceur anonyme a d'ailleurs précisé qu’il ne voulait « pas semer la panique. » C’est raté.

L’escroc qui se remplit les poches avec les fake news

Rien à voir avec de simples trolls amateurs, l’escroc est là pour se faire de l’argent. Depuis le début de la crise, les cyber-arnaques se multiplient. Et les cyber-escrocs ne manquent pas de créativité : faux messages officiels, nouvelles attestations à télécharger (pour introduire un logiciel malveillant), faux sites de vente de chloroquine ou de masques, et même faux appels aux dons. D’après la journaliste de la BBC, les escrocs du coronavirus ont commencé leurs arnaques dès le mois de février. Alors que le télétravail va se poursuivre après le déconfinement, c’est l’occasion de réviser les bonnes pratiques pour éviter les cyberattaques.

Le politicien qui pratique la désinformation institutionnalisée

On se demande vraiment à qui fait référence ce profil de propagateur de fake news… Le président américain, qui a l’habitude de twitter avant de penser, a suggéré en conférence de presse que des injections de désinfectant pourraient soigner le Covid-19. Et il n’en fallait pas plus pour que certains Américains s’enfilent un grand verre d’eau de Javel.

Malheureusement, Donald Trump n’est pas le seul politique à faire dans la désinformation. Marianna Spring cite ainsi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères qui glisse que l’armée américaine aurait apporté le virus sur le sol chinois.

L’amateur de théories du complot

Alors que nous essayons de ne pas nous faire avoir par les fausses informations, l’amateur de théories du complot, lui, les cherche. À chaque fois, les fake news sont le signe qu’un complot se trame. En bon complotiste, il les partage au plus grand nombre pour « alerter ». Heureusement, parfois les plateformes réagissent. YouTube a ainsi supprimé la chaîne de David Icke, célèbre complotiste, qui affirmait que le Covid-19 était lié à la 5G.

L’expert bien informé

Il est lui-même grand spécialiste des virus, ou a un oncle médecin à Wuhan, une cousine qui travaille au cabinet du ministre de la Santé, voire son meilleur ami qui connaît la fille du président d’un laboratoire pharmaceutique qui aurait trouvé un vaccin. Bref, il est digne de confiance et on a envie de le croire. Sauf qu’en général, il est impossible de vérifier les contacts mentionnés dans ses fake news qui se propagent à la vitesse de la lumière.

Le membre de la famille qui veut bien faire

On en a tous un dans sa famille. Un membre qui diffuse les messages des prétendus experts sus-mentionnés. Parfois persuadé de la véracité des infos, il agit aussi parfois « au cas où ». Il n’a généralement pas conscience de participer à la propagation des intox et pense faire une bonne action en alertant ses proches.

La star des réseaux qui partage des fake news à ses millions d’abonnés

Ce sont les « super spreaders » de fake news. Grâce à leurs millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, les stars qui se font avoir par les fausses informations permettent de les diffuser à grande échelle. C’est le cas, par exemple, de l’acteur Woody Harrelson qui a publié un post Instagram évoquant ce prétendu lien entre le Covid-19 et la 5G. Avec 2,1 millions d’abonnés, l’effet est beaucoup plus néfaste que dans un groupe WhatsApp familial.

Alice Huot - Le 6 mai 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.