habillage
premium1
premium1
trois photo d'une jeune fille qui danse
© Léa Elui - Capture d'écran YouTube

TikTok est-elle déjà ringarde ? L'application Triller pense que oui

Le 20 mai 2019

Le playback a le vent en poupe et de nombreuses applications veulent profiter du filon. Parmi elles, on peut compter sur Triller qui vient marcher sur les platebandes du géant TikTok.

Le géant du lip sync a-t-il du souci à se faire ? Alors que TikTok règne en maître sur l'univers des vidéos de jeunes qui chantent en playback, une plateforme concurrente a le vent en poupe. Il s’agit de Triller, une application créée en 2015 par le développeur David Leiberman, et le réalisateur de clips Colin Tilley. Elle a depuis été rachetée par plusieurs entrepreneurs, dont le français Claude Crevelle.

L'attaque des clones (du playback)

L’appli est loin d’égaler le nombre d’utilisateurs de TikTok (environ 500 millions) mais elle revendique tout de même 42 millions de téléchargements et 11 millions d’utilisateurs actifs. Très utilisée en France (Paris serait la deuxième ville du monde à utiliser l’application), Triller a aussi réussi à attirer Léa Elui, l’influenceuse la plus suivie du pays. Cette dernière est devenue l’égérie de la marque et réalise des vidéos à plus de 2 millions de vues.

Dès l’ouverture de l’application, les amateurs de TikTok peuvent avoir une sensation de déjà vu. Et ils ont raison. Entre des adolescents qui jouent aux gangstas et des jeunes filles qui se déhanchent en musique, on a clairement l’impression d’être tout simplement sur TikTok. Conçue pour aider à la création de clip musicaux, elle propose, comme sa rivale, des vidéos challenges ou humoristiques qui se ressemblent. Pour « aider » ses utilisateurs dans la création, l’application utilise une IA qui réalise toute seule le montage des meilleures séquences.

Un nouveau moyen de promouvoir la musique

Pour attirer plus de jeunes, Triller a conclu des accords avec Universal Music Group, Warner Music et Sony Music. L'objectif est  de pouvoir utiliser légalement leur catalogue. C’est sans doute l’un des gros points forts de l’application, qui à défaut de vous faire écouter de la musique indé, permet de découvrir les derniers morceaux de pop ou de hip-hop à la mode.

D’après le site pitchfork.com, certains artistes commencent même à utiliser la plateforme pour faire la promotion de leurs nouveaux morceaux. Plutôt que de diffuser un simple clip sur YouTube, la tendance consiste à faire un playback sur son propre titre, le poster sur Triller et le partager ensuite sur les autres réseaux sociaux. C’est ce qu’a fait le rappeur Rae Sremmurd’s Swae Lee en octobre dernier, pour promouvoir un titre inédit.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

@swaelee makes #triller in his free time, what do you do? 😎💥#swaelee #dope #litt

Une publication partagée par TRILLER (@trillervids) le

Mais pour survivre dans le monde des réseaux sociaux pour ados, Triller va devoir partir à la conquête du marché asiatique. Pour cela, la plateforme compte remporter entre 50 et 70 millions de dollars lors d’une prochaine levée de fonds. Mais cela suffira-t-il pour détrôner le géant TikTok ?

POUR ALLER PLUS LOIN : 

Comment TikTok est devenu le réseau social du malaise

> Quelles sont les applications préférées des ados ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.