le président russe poutine et l'oligarque Evgueni Prigojine

Derrière les mercenaires du groupe Wagner et les trolls russes, le « cuisinier de Poutine »

© Government of the Russian Federation

La guerre hybride, c'est aussi ça : un groupe de mercenaires paramilitaires et une armée de trolls. Et sur les deux fronts, l’oligarque Evgueni Prigojine, le « cuisinier de Poutine ». 

Depuis le lundi 28 février et l’enquête du journal The Times sur un groupe de 400 mercenaires infiltrés à Kiev pour tuer le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le groupe Wagner est sous les projecteurs. Cette force paramilitaire à la solde du pouvoir russe fait parler d’elle depuis ses premières interventions en Syrie en 2015, et compte parmi les zones d'ombre d'une guerre hybride. En effet, ce groupe de barbouzes dirigé par l’ancien militaire et néonazi Dimitri Outkine n’est pas seulement le bras armé et secret de Poutine. Il est aussi le frère jumeau de l’Internet Research Agency - ou IRA, le puissant instrument de propagande de la Russie à l’origine de nombreuses campagnes de désinformation ou de trolling à base de mèmes sur Internet.

Qui est derrière le groupe Wagner ?

Pour comprendre cette filiation, il faut remonter à celui qui finance et possède ces deux organisations. Il s’agit de l’oligarque russe Evgueni Prigojine, surnommé, le « cuisinier de Poutine ». Cet ancien escroc condamné à 12 ans de prison en 1981 a fait fortune dans les années 90 en lançant une chaîne de fast-food. Il fournissait les cantines des écoles de Moscou ainsi que les casernes du ministère de la Défense. Dans le documentaire Wagner, l'armée de l'ombre de Poutine d’Alexandra Jousset et Ksenia Bolchakova on apprend que ce proche du pouvoir est également à la tête d’un vaste réseau de médias et d’agence de presse intitulé Patriot Media Group dont les articles traduits en plusieurs langues sont vus plus de 100 millions de fois par mois. Avec ces deux organes, Evgueni Prigojine gère et étend l'influence de Vladimir Poutine : d'un côté, par la violence brute des armes, de l'autre en manipulant l’information. Ce qui est certain, c'est que la double casquette d'Evgueni Prigojine lui permet d'orchestrer des campagnes de communication qui soutiennent aussi les actions de ses mercenaires.

La guerre hybride : l'exemple du Mali

S’il est difficile de savoir encore quel rôle va jouer la force Wagner à Kiev, on a toutefois pu observer sa terrible efficacité au Mali au cours des derniers mois. Alors que les militaires français mènent depuis 2013 l’opération antiterroriste Barkane, ces derniers ont été contraints de quitter le territoire en février 2022 après l’arrivée de 1 000 barbouzes russes.

Allié au gouvernement putschiste de Bamako, le groupe Wagner a organisé sur les réseaux une campagne mélangeant images truquées et propagande antifrançaise. Dans ces vidéos mensongères relayées par des influenceurs locaux auprès des dizaines de milliers d’internautes maliens, on « apprend » que les deux tiers du pays seraient libérés de la menace terroriste par les forces russes et l’armée malienne en l’espace d’un mois. Dans la réalité, ce changement de camp aura pour conséquence l’isolement du Mali vis-à-vis de ses voisins dans la lutte antiterroriste. Cette fragmentation doit permettre au pouvoir russe d’étendre son influence toujours plus loin, sans prendre en compte les conséquences sur les populations.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.