une jeune fille chinoise dans chemin champêtre

Li Ziqi, la « princesse » de la Chine rurale qui fait revenir les ouvriers à la campagne

Connue pour ses vidéos champêtres et idylliques, l’influenceuse Li Ziqi est devenue le fer de lance de la politique chinoise du « retour à la terre » . 

Rappelez-vous, en 2019, L’ADN vous faisait découvrir Li Ziqi, l'influenceuse chinoise aux 3 millions d’abonnés, très appréciée des amateurs de vidéos ASMR et oddly satisfying. La jeune femme fabriquait des meubles en bambou, cueillait de quoi mijoter des plats traditionnels et s’occuper de sa mère-grand dans une campagne chinoise magnifiée. Trois années ont passé, dont deux de pandémie et de confinement. La chaîne YouTube de Li Ziqi a atteint les 16,8 millions d’abonnés et réalise entre 15 et 50 millions de vues pour chaque vidéo. Le succès est indéniable, et pourtant. La jeune femme n’a plus diffusé de nouveaux contenus depuis 9 mois. Cette disparition est le point de départ d’une enquête menée par le podcast Endless Thread, consacré aux phénomènes Internet. 

La purge des influenceurs

Pendant plusieurs mois, les internautes se sont questionnés sur cette soudaine disparition. Il faut dire qu’elle coïncide avec une purge mise en place par le gouvernement chinois. Durant l’été 2021, le leader Xi Jinping a lancé l'opération « La prospérité commune ». Il s'agissait de lutter contre les inégalités de revenu. Cette politique va s’accompagner d’une traque des influenceurs chinois les plus riches. La raison invoquée ? L'« idolâtrie inappropriée » que provoque ces célébrités en plus de leurs ressources devenues trop importantes. Certaines stars comme l’influenceuse Viya ou l’actrice Zhao Wei sont condamnées à payer de fortes amendes pour « évasion fiscale » tandis que leurs réseaux sociaux sont supprimés. À la tête d’un business de plats cuisinés de plusieurs millions de yuans, Li Ziqi semblait faire partie de cette purge. Mais l’histoire semble plus compliquée que ça. 

Retour à la terre 

Quelques mois après sa disparition, Li Ziqi réapparaît brièvement sur les réseaux. Elle ne poste pas de nouvelles vidéos, mais plutôt des commentaires sur Weibo indiquant « Le capital est naze » , avec des photos à l’extérieur de tribunaux. En argot chinois, le mot « capital » désigne les grandes entreprises chinoises. Alors que les internautes pensent que Li Ziqi a été « reprogrammée » par le Parti, une autre explication émerge. La jeune femme semble être en conflit avec l’entreprise Hangzhou Weinian qui manage sa carrière d’influenceuse. En refusant de produire de nouvelles vidéos, l’influenceuse tenterait d’exercer une forme de pression sur ses managers, mais aussi de s’aligner avec la politique du Parti. Un alignement qui paraît double. En plus de dénoncer l’avidité des entreprises, Li Ziqi semble être la meilleure représentante de la politique de « revitalisation rurale » lancée par le gouvernement en 2020. Censé inverser l’exode rural des dernières décennies qui a vu des millions de Chinois migrer vers la ville pour travailler dans des usines, ce plan a pour objectif de moderniser les campagnes et faire revenir les travailleurs sur les terres agricoles. Il devrait se poursuivre jusqu’en 2025. Avec ses vidéos montrant un travail des champs intense, mais idyllique, Li Ziqi était en quelque sorte une soupape de décompression pour les travailleurs urbains, mais aussi la meilleure publicité possible pour cette politique de retour à la terre. Elle n’est d’ailleurs plus la seule à être sur ce créneau. Depuis quelques mois, sur TikTok, des vidéos d’influenceurs fleurissent. On y découvre le quotidien de paysans chinois montrant leur life style plein de joies simples. 

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.