Jambes masculines avec boulet au pied

Le « drop servicing »  : la nouvelle combine qui remplace le dropshipping sur TikTok

© Monstera via Pexels

Tu veux gagner 10 000 dollars par mois en exploitant des indépendants précaires et t’en vanter ensuite sur les réseaux ?

Les arnaques fleurissent sur Internet et depuis quelques mois, une nouvelle combine permettant de gagner beaucoup d’argent sans travailler inonde TikTok. On l'appelle le « drop servicing », en référence au dropshipping, l'escroquerie la plus connue sur Instagram qui consiste à vendre à ses abonnés un article soi-disant de luxe à un prix beaucoup plus abordable. Le « drop servicing » passe de l'objet au service. L'astuce propose de jouer les intermédiaires entre des entreprises qui recrutent et des travailleurs indépendants et précaires qui offrent leur service sur des forums spécialisés. Comment fonctionne cette nouvelle arnaque d'influenceur véreux ? On vous explique.

Nouveau job : exploiter la gig economy

Concrètement, ces exploiteurs du « drop servicing » se mettent en contact avec plusieurs dizaines d’entreprises. Ils se présentent en tant que rédacteurs, illustrateurs, développeurs web, vidéastes, animateurs pour vidéo 2D… Ils ne possèdent bien évidemment pas toutes ces compétences. Mais quand ils décrochent un contrat, ils vont sur les plateformes comme Fiverr qui mettent en relation entreprises et freelances et sur lesquelles on trouve des milliers d’indépendants basés en Inde, Pakistan, Croatie ou Philippines. Dans ces environnements numériques très concurrentiels, beaucoup de travailleurs acceptent d’être payés quelques centimes pour des micro-tâches. En divisant le travail auprès d’une dizaine d’entre eux, les drop servicers bénéficient d’une main-d’œuvre corvéable et peu chère.

Le pire de l'arnaque arrive après...

Les « entrepreneurs » du « drop servicing » aiment à dévoiler leurs méthodes douteuses sur TikTok. On pourrait se demander pourquoi... Pour beaucoup, il s’agit d'attaquer un second marché. Ils proposent de vendre leur secret pour devenir un pro du « drop servicing ». Et de former de nouveaux praticiens sans omettre d'expliquer que le milieu n’est pas aussi compétitif que peut l’être le dropshipping ou les arnaques aux cryptomonnaies.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.