habillage
estonia

L’Estonie, le "Country as a service"

Le 20 oct. 2016

Première nation à avoir établi l’e-citoyenneté, sa nouvelle présidente souhaite poursuivre la digitalisation du pays.

Après quelques rebondissements, le parlement estonien a tranché. Il a accordé la fonction présidentielle (certes essentiellement honorifique),  le 3 octobre dernier à Kersti Kaljulaid. Elle est la première femme élue à la magistrature suprême, et devient également, à 46 ans, le plus jeune chef d'État du pays.

Elle a réaffirmé son soutien au programme d’e-citoyen lancé depuis 2014 par son prédécesseur.

L’ambition de ce pays de 1,3 million d’habitants est de devenir un « Country as a service » (référence au Saas - Software as a service - en français, logiciel en tant que service) est d’être à la pointe des nouvelles technologies.

Lettre de noblesse ? Skype a été inventé par trois de leurs citoyens, et le cybercentre de l'Otan s’est installé dans sa capitale, Tallinn, suite à la cyberattaque qui avait paralysé le pays quelques jours d'avril 2007.

Par ailleurs, l’Estonie est devenue en 2014 le premier pays au monde à proposer l’E-résidence. Objectif ? Séduire les entrepreneurs. En deux ans, ils seraient 15 000 à avoir répondu à l’appel, essentiellement des Finlandais (2.029), des Russes (935), des Américains (680), et quelques 276 Français (source : ambassade d’Estonie).

On est encore loin des 10 millions promis, mais cela avance. L’e-résidence se présente sous la forme d’un document numérique, et facilite de nombreuses démarches : ouverture d’un compte en ligne, création d’une société bénéficiant de facto de nombreux avantages fiscaux. La procédure est rapide, 8 minutes, et se gère en ligne.

Comment un pays qui en 1991 n’avait que 50% de citoyens équipés d’une ligne téléphonique peut-il oser de telles ambitions ? Ce qu’on constate, c’est que 25 ans plus tard, sa population est connectée à internet dans sa quasi-totalité, et que l’ensemble des services publics sont accessibles en ligne. Dans l’indice 2016 sur la société et la consommation numérique publié par la commission européenne, l’Estonie est passée à la 15eme place... devant la France.

Dans son discours d'investiture, Kersti Kaljulaid persistait... :

 

Les leaders du XXIe siècle ne délivreront pas des diktats ou des interdits. Les leaders du XXIe siècle vont inspirer le peuple à aller de l'avant.

Au XXIe siècle, le succès viendra des pays qui agissent en regardant vers le futur, des pays capables de se fixer des objectifs à long terme.

 

Kersti Kaljulaid

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.