Anticafé Les Gaulois à Station F

Un Anticafé avec Les Gaulois ouvrira à Station F

Le 31 mai 2017

Station F, le plus grand campus de startups au monde qui ouvrira cet été, accueillera fin juin un Anticafé Les Gaulois. Une façon, pour Elisabeth Billiemaz, président de l'agence Les Gaulois et Olivier Tewfik, directeur du connection planning, de connecter leur clients avec les jeunes pousses de la tech dans un même espace de coworking.

Pourquoi avez-vous décidé, en décembre 2016, de monter un partenariat avec Anticafé ?

Olivier Tewfik : L’histoire remonte à l’été dernier. Tout est parti d’un article de presse que j’avais lu et dans lequel il était écrit qu’Anticafé avait levé un million d’euros. Je trouvais le concept de mélanger un café et un espace de coworking intéressant, d’autant plus que, chez nous, on est toujours en veille sur les startups, les nouveaux services qui se créent. Donc j’ai commencé à entrer en contact avec eux et il a été décidé de monter un Anticafé ensemble. L’idée était de proposer aux salariés des Gaulois de travailler différemment. Ils étaient libres de travailler à l’agence ou dans cet espace de coworking. La deuxième étape a été de proposer des animations à l’Anticafé. On a par exemple organisé une journée portes ouvertes en mars qui a cartonné. Beaucoup d’étudiants en recherche d’informations sur les métiers de la publicité sont venus.

Enfin, troisième étape, vous vous êtes dit : Pourquoi ne pas lancer un Anticafé à Station F ?

O.T. : Anticafé avait réussi à avoir un bail à Station F. On s’est dit : « mais bon sang mais c’est bien sûr ! » Pourquoi ne pas implanter les Gaulois dans l’Anticafé de Station F ?! Vu que nous sommes toujours en veille sur les startups, c’était une opportunité inégalable d’être au cœur du système. On ne se contentera pas d’être en veille mais on souhaite aussi proposer des conseils, et apporter notre expertise à ceux qui commencent à naître à Station F. Une fois par semaine, Les Gaulois seront présents pour des sessions de briefing et de monitoring. Ce sera aussi un moyen de connecter nos clients aux startups, créant ainsi une formule gagnant-gagnant. Par exemple, Transavia fait partie de nos clients. D’un côté, une startup pourrait se faire connaître grâce à nos services et, de l’autre, notre client sera satisfait d’améliorer la qualité de son service.

D’où vous vient, initialement, cet attrait pour les acteurs de la tech ?

Elisabeth Billiemaz : La mutation de la communication fait que l’approche UX est au cœur de la réflexion que l’on doit mener pour les marques. Le digital a intensifié la relation en OnetoOne entre les marques et les consommateurs. A ce titre, l’innovation est au cœur de notre démarche. Il y a plus de deux ans, on s’est organisé pour pouvoir faire du sourcing de startup. On a donc créé l’antichambre des Gaulois pour être en veille sur toutes les innovations et on a monté un deal avec le réseau Entreprendre afin de se positionner en amont sur des projets menés par de jeunes entrepreneurs. L’idée était de pouvoir connecter toutes ces innovations avec nos clients et réinventer avec eux une nouvelle expérience client. Le partenariat avec l’Anticafé est à la croisée de cette réflexion.

C’est ce que vous appelez les « unexpected connections »…?

E.B. : Tout à fait. C’est aussi une manière d’inciter les startups qui se construisent selon un certain business model à faire un pas de côté. Prenons le cas d’une startup qui développe une technologie pour le domaine de la santé. Cette technologie pourrait tout aussi bien être appliquée à une entreprise qui n’a rien à voir avec la santé et cela pourrait créer quelque chose d’innovant, de nouveau et d’inattendu.

L’Anticafé Les Gaulois ouvre fin juin à Station F. Est-ce que, vous-même, vous êtes des habitués de l’Anticafé ?

E.B. : Bien sûr ! Je me sers de cet espace principalement pour faire des workshops en interne ou avec des clients.

O. T. : Cela peut être aussi une team de créatifs qui se retrouvent à l’Anticafé, juste pour réfléchir et être ailleurs que dans leur bureau. Cela permet de changer de lieu, de changer de quartier, d’être inspiré différemment. Je dirais qu’on apprend en marchant avec l’Anticafé. Pour chaque situation, on se pose la question : Est-ce qu’on ne pourrait pas imaginer d’autres procédés pour apporter une nouvelle émulation ? Et l’Anticafé apparaît souvent comme la réponse.

E. B. : L’implantation de l’Anticafé à Station F est la synthèse de tout ce qu’on a envie de faire et résume la façon dont on souhaite faire évoluer l’agence pour qu’elle puisse s’adapter aux nouveaux modes de communication.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.