premium
premium
Un cinéma parisien projette des films en plein air
© La Clef

Films en plein air, drive in et salle virtuelle : le ciné vit pendant le confinement

Le 24 avr. 2020

Ils font partie des plus impactés par le confinement : les cinémas français ont, depuis la mi-mars, éteint leurs écrans. Mais certaines initiatives ont de quoi réjouir les cinéphiles.

Forcés de fermer à l'annonce des mesures de confinement, les cinémas français subissent la crise de Covid-19 de plein fouet. Heureusement, le 7ème art n'a pas dit son dernier mot.

Des films diffusés sur les murs de Paris

La Clef est un cinéma d’art et d’essai parisien, officiellement fermé depuis avril 2018… mais maintenu à flots par un groupe engagé de cinéphiles qui diffuse, depuis septembre 2019, des films indépendants. Et pendant le confinement, pas question d’arrêter le combat : tous les vendredis soir depuis le 10 avril, les équipes projettent un film sur les murs pour que les personnes qui vivent dans le quartier puissent en profiter.

Toute la programmation est disponible sur la page Facebook du cinéma.

Les usages s’adaptent aux mesures sanitaires

Évidemment, il n’y a pas qu’à Paris que les cinéphiles se désolent de la fermeture des salles obscures. Pour que le secteur survive, des solutions émergent. Parmi celles qui sont envisagées : le retour des drive-in, ces cinémas en plein air où l’on regarde les films depuis sa voiture.
Dans la mesure où les cinémas resteront fermés plusieurs semaines après le début du déconfinement, l’idée séduit le Festival du Film Romantique de Cabourg, prévu initialement du 10 au 14 juin 2020. Les équipes envisagent ainsi des séances en plein air début août. Suzel Pietri, déléguée générale du festival a évoqué cette possibilité en assurant « des conditions extrêmement sûres sanitairement parlant » pour que « chacun [puisse] ainsi découvrir la sélection des films français les plus romantiques de l’année. ».  Après avoir fait notre cure de films catastrophe pendant le confinement, ça ne sera pas de refus.

Sinon, il y a toujours le cinéma à la maison

Moins rétro, Pierre-Emmanuel Le Goff, fondateur de la société de distribution La 25e heure propose des séances de cinéma à domicile, géolocalisées. Tout y est : un horaire, un film, une vraie salle de cinéma et un tarif fixe de 5 €. À l’heure dite, les internautes-spectateurs se connectent et peuvent visionner le film depuis leur domicile. Impossible de choisir un film dans une « salle » loin de chez soi : la géolocalisation crée une forme de proximité où l’on est obligé de choisir une séance proche de son lieu d’habitation.

Le dispositif propose, dans certains cas, une rencontre avec les équipes du film. Il est alors possible de leur poser des questions via un chat. Question répartition des recettes, 40% du prix des entrées est reversé aux salles. Une initiative qui va peut-être nous déscotcher de Netflix, qui, de son côté, ne connaît pas la crise.

Mélanie Roosen - Le 24 avr. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.