habillage
Un concept de McDonald's aux Pays-Bas
© McDonald's Pays Bas

À quoi ressembleront nos soirées McDo-ciné après le confinement ?

Le 5 mai 2020

Le confinement touche à sa fin ! L’occasion de reprendre nos (plus ou moins) bonnes habitudes. Enfin, presque.

À celles et ceux qui se réjouissaient de pouvoir reprendre leur vie là où elle s’était stoppée avant le confinement, petit avertissement. Nos lieux préférés vont certes rouvrir petit à petit, mais ils risquent de ne pas ressembler à ce que nous avions gardé en tête. Exemples illustrés.

Venez comme vous êtes… mais pas trop près s’il vous plaît

Aux Pays-Bas comme ailleurs, McDonald’s s’apprête à rouvrir ses restaurants. Mais pas vraiment comme avant. À Arnhem, qui se trouve à l’Est du pays, la chaîne de fast-food a testé un nouveau modèle. Au programme : des chariots pour distribuer les plateaux, un sens de circulation, des séparations en plexiglas entre les différentes tables… Autant de mesures qui, pour la porte-parole de l’entreprise aux Pays-Bas Eunice Koekkoek, doivent « garantir la sécurité (…) tout en gardant l’atmosphère du restaurant ». Elle confie à Reuters qu’il s’agit là de « changements drastiques », mais espère néanmoins qu’ils ne gêneront pas trop les consommateurs et consommatrices.

Comme tous les restaurants, les fast food ont été impactés par les mesures express de confinement. Et ces nouvelles dispositions devraient impacter les résultats de McDonald’s, dont les équipes prévoient une baisse de 34% de la capacité de service. Ce n'est pas faute de manquer de demande – les gens sont parfois restés trois heures dans les embouteillages lors de la réouverture des drive, et il semble que l'isolement forcé n'ait pas atténué nos envies de gras – mais uniquement car tous les restaurants ne pourront pas être équipés selon les mesures envisagées.

Se faire contrôler avant de se faire une toile

L’industrie cinématographique subit évidemment la crise du Covid-19 de plein fouet. Toutefois dans certains États, comme le Texas, les cinémas rouvrent petit à petit. C’est notamment le cas des salles EVO. Mais pour les cinéphiles, on oublie le traditionnel combo-achat ticket-popcorn-boisson. Et on se prépare pour un contrôle, « semblable à ceux des aéroports » selon les mots de Mitchell Roberts, CEO d’EVO. Au programme : thermomètres infrarouges et questionnaire pour vérifier que personne n'est malade, y compris parmi les proches des spectateurs et spectatrices.

Parmi les autres mesures, les salles ne peuvent être remplies qu’au quart de leurs capacités habituelles, le staff porte masques et gants, et les espaces pour acheter à manger ont été repensés.

Quant à savoir si ces dispositions permettront au 7ème Art de renflouer ses caisses, Tim Handren, CEO des cinémas Santikos, explique qu’il s’agit plus d’offrir aux gens « une échappatoire psychologique » que de gagner de l’argent.

Mélanie Roosen - Le 5 mai 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.